En ce moment
 

Des Francofolies toujours plus multicolores et transgénérationnelles

Des Francofolies toujours plus multicolores et transgénérationnelles
Eddy de Pretto lors du Printemps de Bourges en avril 2018GUILLAUME SOUVANT

NTM, Orelsan, Damso, Jeanne Added, Juliette Armanet, Eddy De Pretto, Jain, Julien Clerc et "une fête" à Véronique Sanson: il y en aura de toutes les couleurs et pour tous les publics aux Francofolies de La Rochelle, de mercredi à dimanche.

"Les +Francos+ se veulent être un évènement familial et populaire, qui réunit toutes les générations. Depuis cinq-six ans, on a entamé un gros travail d'ouverture au niveau de la direction artistique. On a adapté la programmation à ce qu'écoutent les gens", explique à l'AFP Florence Jeux, la directrice générale et artistique.

Créées en 1985 par Jean-Louis Foulquier, qui en fut le directeur pendant 20 ans, les Francofolies ont longtemps été le rendez-vous estival incontournable de la chanson française. Depuis 2004, avec à sa tête Gérard Pont, via sa société Morgane, une ouverture aux musiques actuelles a été opérée.

"Le réservoir la chanson française s'épuise et ça lasse aussi un peu le public. C'est devenu plus compliqué de remplir le festival uniquement avec les Benabar, les Zazie, etc. On doit être la vitrine de toutes les productions francophones, avec les artistes qui ont marqué l'année, mais aussi avec ceux qui marqueront la suivante", argue Florence Jeux.

A ce titre le plateau 2018 s'annonce très équilibré et les ventes de billets donnent raison aux organisateurs, puisque trois soirées sur la scène Jean-Louis Foulquier sont déjà complètes. En l'occurrence celles de jeudi (Roméo Elvis, Damso, NTM), vendredi (Lorenzo, Bigflo & Oli et Shaka Ponk) et samedi (Eddy De Pretto, Jeanne Added, Jain, Orelsan) qui font la part belle au rap et aux autres musiques actuelles.

Pour ces artistes, tous massivement regardés en streaming sur internet et dont les tournées remplissent les salles de l'Hexagone sans peine, les "Francos" se devaient d'être une étape incontournable sur leurs routes des festivals.

"Jusqu'à récemment, quelques années encore, ils avaient une image assez poussiéreuse du festival. Aujourd'hui c'est en train de changer. On est redevenu un festival qui compte vraiment, ancré dans l'actualité et qui la fait aussi", se félicite Florence Jeux.

- Sanson, Stills et les Bleus ? -

Un festival qui continue aussi d'attirer du monde, puisque 150.000 personnes (dont 90.000 payants) l'ont fréquenté en 2017.

Pour faire aussi bien cette année, "on essaie de faire des choses qu'on ne voit pas ailleurs", dit Florence Jeux. "On va organiser des diffusions de documentaires musicaux tous les matins au cinéma, où le public pourra rencontrer l'équipe du film. Il y aura aussi une exposition d'Albin de la Simone, qui montrera ses dessins pour la première fois."

"On essaie également de personnaliser les spectacles. On propose aux artistes d'avoir des invités, de faire des choses un peu différentes. Ils ne le veulent pas toujours car ça demande un investissement, du travail en amont, des répétitions pas toujours faciles à mettre en place", poursuit-elle.

Raison pour laquelle, il n'y aura pas de création cette année. "On a essuyé plusieurs refus, reconnaît Florence Jeux. C'est toujours difficile à monter. Aborder un nouveau répertoire, se l'approprier c'est compliqué, c'est une prise de risque à la fois personnelle, médiatique."

"Mais il y aura mercredi cette grande fête à Véronique Sanson, qui ressemble finalement à une petite création", estime-t-elle. La chanteuse se produira avec plusieurs invités comme Alain Souchon, Jeanne Cherhal, Vianney, Tryo. Mais aussi et surtout son ancien compagnon Stephen Stills et leur fils Christopher.

"Ce sera un vrai évènement, assez inespéré", soutient la directrice des Francos. Calé entre les concerts de Raphaël et Calogero, il n'est pourtant pas encore complet. Idem pour la soirée de clôture dimanche avec Juliette Armanet, Jane Birkin ("Gainsbourg Symphonique"), Brigitte et MC Solaar.

Ce jour-là, le Mondial-2018 touchera à sa fin, avec une finale que pourrait disputer la France. Un match avant les concerts et retransmis sur écrans géants. Avec un peu de chance, la fête pourrait être plus folle que prévu.

Vos commentaires