En ce moment
 
 

Des membres du collectif Bruxelles Panthères présents à Ath; pas d'incident majeur

(Belga) Accusant la Ducasse de véhiculer des sentiments de racisme et de négrophobie, des membres du collectif antiraciste Bruxelles Panthères étaient présents, dimanche, à Ath. Le responsable du mouvement a été reconduit hors de la cité. Deux autres membres de l'association ont été arrêtés administrativement.

Début du mois d'août, le collectif antiraciste "Bruxelles Panthères" lançait une pétition contre la présence dans le cortège athois du "Sauvage". Ce personnage de carnaval, grimé en noir et portant des chaînes autour des poignets, est censé faire peur aux enfants. Juché sur un char, le "Sauvage" défile chaque dimanche de la Ducasse, tant en matinée que l'après-midi. Ce personnage, haut en "couleurs", fait partie du folklore athois mais le collectif "Bruxelles Panthères" s'oppose fermement à cette pratique qu'il assimile au "Black face", dénonçant cette présence comme un vestige de la mise en esclavage. Responsable de ce collectif, Mouhad Neghif avait même demandé que la Ducasse d'Ath soit privée, s'il le fallait, de son label Unesco obtenu en 2005. "Mouhad Neghif a été repéré vers 09h30 sur la Grand-place par les services de sécurité. Il était seul. Vu les propos qui ont été tenus sur la toile ces dernières semaines, des propos qui ont choqué la population athoise, je lui ai expliqué que nous ne pouvions pas assurer sa sécurité. L'entretien s'est bien passé et il a quitté la ville", expliquait vers 17h00 Bruno Lefebvre (PS), le nouveau bourgmestre d'Ath. "En fin de matinée, deux membres de ce collectif ont brandi un calicot lors du passage en rue de la barque sur laquelle se trouvait le 'Sauvage'. Il y était indiqué 'Stop au black face'. Toute manifestation étant interdite durant la Ducasse, ces deux personnes ont fait l'objet d'une arrestation administrative par les services de police", a poursuivi le 1er magistrat athois. "La discussion doit avoir lieu dans des conditions sereines, pas avec de la provocation", a ajouté le bourgmestre dans un communiqué. Il souhaite un dialogue serein, en dehors de toute provocation concernant le "Sauvage". Par ailleurs, ce dernier a symboliquement remis ses chaines au bourgmestre afin de montrer à tous qu'il ne faut voir aucune infériorisation dans son rôle au cœur du folklore athois. (Belga)

Vos commentaires