En ce moment
 

Eurockéennes: des milliers de festivaliers bravent la pluie pour applaudir Orelsan

Eurockéennes: des milliers de festivaliers bravent la pluie pour applaudir Orelsan
la star hexagonale du rap Orelsan, le 26 avril 2018 lors d'un concert au "Printemps de Bourges"GUILLAUME SOUVANT

Décor simple, tenue basique, mais prestation scénique ultra-énergique: la star hexagonale du rap Orelsan, tête d'affiche de cette première soirée des 30e Eurockéennes de Belfort, a fait sauter des milliers de festivaliers détrempés, réunis sur une pelouse transformée en mare de boue.

Veste et survêtement noir, le Normand a débarqué sur scène sous les applaudissements d'une foule dense, rassemblée devant la grande scène malgré les pluies diluviennes qui s'abattaient sur Belfort depuis plusieurs heures.

"La Pluie", "Basique", "Défaite de famille", Orelsan a enchaîné pendant un peu plus d'une heure les tubes tirés de son dernier album, "La Fête est finie", auréolé de trois Victoires de la musique en décembre, et de son précédent opus "Le Chant des Sirènes", avant de laisser sa place au rappeur américain Macklemore.

Les vétérans écossais de Texas, emmenées par la charismatique Sharleen Spiteri, avaient donné le premier concert de la journée sur la grande scène des Eurocks, qui durent jusqu'à dimanche.

Autre temps fort de cette journée inaugurale, les rappeurs toulousains Bigflo et Oli, acclamés de longues minutes par les Eurockéens sur la scène du chapiteau à la fin de leur prestation.

Chemise à fruits pour Bigflo, polo rouge pour Oli, les deux valeurs montantes du rap français ont emporté leurs fans et de nombreux festivaliers venus trouver refuge sous cette scène couverte.

Réussissant à suivre en cœur le débit pourtant très soutenu des Toulousains, les festivaliers ont sauté sans relâche pendant les trente premières minutes du concert, obligeant parfois les deux artistes à s'interrompre quelques instants pour calmer gentiment le jeu.

La patrouille de France avait donné le coup d'envoi de cette 30e édition des Eurockéennes de Belfort, survolant la presqu'île, sous les acclamations de dizaines de milliers de personnes.

Fendant le ciel belfortain à plusieurs reprises, les huit jets de la patrouille de France laissaient derrière eux leur iconique traînée de fumée bleu-blanc-rouge à chaque passage.

"On est venu pour la musique, mais on en a déjà pris plein les yeux avant le premier concert! J'avais jamais vu des avions voler aussi près les uns des autres", s'est enthousiasmé Steeve, 21 ans, drapeau belge sur le dos, smartphone à la main pour immortaliser ce spectacle.

La première journée de cette édition anniversaire "XXL" affichait complet, avec plus de 30.000 billets vendus, selon les organisateurs.

Les festivaliers sont entrés sur le site dès 17H30, fouillés minutieusement par le service de sécurité et accueillis pour les premiers d'entre eux par Jean-Paul Roland, directeur du festival, avec quelques cadeaux de bienvenue.

L'électro énervée du DJ guatémaltèque Carnage devait accompagner les danseurs les plus vaillants et les moins frileux jusqu'à 2H du matin à la scène lacustre de La Plage.

Soixante-deux concerts pop, rock, hip-hop et électro sont prévus cette année aux Eurockéennes.

La programmation 2018 jongle avec les styles musicaux, mais fait la part belle aux vétérans du rock - Queens of the Stone Age, Nine Inch Nails, Alice In Chains, Liam Gallagher... - et aux nouvelles stars du rap francophone comme le Belge Damso, Lomepal et Moha La Squale.

Côté chanson française, Juliette Armanet et Eddy de Pretto assureront le show respectivement samedi et dimanche.

Vos commentaires