En ce moment
 
 

Hellfest: le bruit, la fureur et la bonne humeur

A découvrir

La déflagration Gojira, les adieux de Kiss, le retour d'Eagles of Death Metal, le couac Manowar, la découverte Envy, des looks improbables, un décorum impressionnant: le Hellfest, 14e du nom, s'est conjugué au presque parfait, en attendant l'évènement Tool, en clôture dimanche soir.

. "Sonic Boom"

Ce terme, traduisible par "bang sonique", a donné son titre à un album de Kiss sorti en 2009. Il caractérise surtout la performance d'une puissance inouïe des Français de Gojira qui ont fait exploser les décibels vendredi soir.

Avant la venue très attendue de Tool, dans un registre moins extrême, mais plus progressif, ce concert reste celui qui a le plus marqué les 60.000 festivaliers quotidiens. Mérité pour ces durs à cuire, à l'image du guitariste Christian Andreu, revenu sur scène finir un concert aux Etats-Unis il y a un mois, après avoir eu le visage légèrement brûlé par une flamme renvoyée par une rafale de vent.

Parmi les autres shows remarqués, celui des méconnus Japonais d'Envy - 25 ans de carrière néanmoins -, dont le post-rock légèrement sauvage a retourné la tente de la Valley, des Américains The Descendants qui ont déroulé sans faiblir leur punk-rock vieux de 40 ans, et des Anglais de Carcass capables de finesse sous la puissance sourde de leur death metal.

. Baisers d'adieux

La langue de Gene Simmons, leader de Kiss, est toujours aussi longue - 17 centimètres paraît-il - et sanguinolente, mais c'est tout le groupe qui semblait la tirer samedi soir pour leur tout dernier concert en France, dans le cadre de leur tournée d'adieux, devant mettre un terme à 45 ans de carrière.

Les rockeurs maquillés ont délivré une performance souvent poussive et trop rarement exaltante, malgré une setlist emplie de tubes, une débauches d'effets visuels et une cascade en tyrolienne du guitariste-chanteur Paul Stanley, 67 ans.

Dimanche, thrash metal, enfer et satanisme sont au programme de Slayer, autres vétérans venus tirer leur révérence.

. Sérieux plantage

Ce devait être le gros morceau du vendredi soir, mais il n'en fut rien du tout. Les Américains de Manowar, qui avaient promis un spectacle épique, eux aussi pour leur tournée d'adieux, ont déclaré forfait vendredi, affirmant dans un communiqué que "les circonstances qui ont empêché notre concert étaient du ressort" des organisateurs du Hellfest.

Ces derniers s'en sont défendu, affirmant que ce concert a été annulé "pour des raisons indépendantes de notre volonté". "On va arriver à la phase des problèmes contractuels. Pour l'heure aucun recours n'a été déposé, ni par eux ni par nous. Mais une longue procédure nous attend", a anticipé le patron du Hellfest Ben Barbaud dimanche en conférence de presse.

Quelle que soit la raison de la défection de Manowar, qui a suscité colère et frustration chez de nombreux fans, cela a obligé le Hellfest à programmer à la place le groupe suédois Sabaton.

. Le badge de l'émotion

Le leader des Eagles of Death Metal, en concert ce soir-là dans la salle parisienne cible d'une attaque jihadiste qui fit 90 morts, était jusqu'ici persona non grata sur les scènes hexagonales depuis ses déclarations polémiques dénonçant un manque de sécurité au Bataclan.

Le Hellfest lui a donc offert un retour en grâce, sous les yeux notamment d'une vingtaine de membres de "Life for Paris". Un concert émouvant pour Jesse Hughes, qui a adressé un "je vous aime" en français dans le texte, avant de remercier le public: "Vous ne nous avez pas laissé tomber".

. Fashion week

Au Hellfest, le spectacle ne se déroule pas que sur scène. Le site est décoré dans les moindres détails et change d'ambiance une fois la nuit tombée avec brasiers et jets de flammes. Et comme tout est bien pensé, des rideaux d'eau permettent de lutter contre l'infernale chaleur ambiante.

L'imagination vestimentaire des festivaliers est elle sans limite: ainsi croise-t-on des marcheurs blancs de Game of Throne, Mad Max, des Storm Troopers de Star Wars, des Teletubbies, un cardinal gogo-danseur, les Avengers et même la famille "Indestructibles". Car oui, les enfants assez nombreux, viennent aussi s'amuser au Hellfest.

Vos commentaires