En ce moment
 

Hiroshi Sugimoto et Jan Fabre dialoguent avec les maîtres flamands aux MRBAB à Bruxelles

Hiroshi Sugimoto et Jan Fabre dialoguent avec les maîtres flamands aux MRBAB à Bruxelles

(Belga) Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB) invitent, du 20 avril au 19 août, deux artistes contemporains de choc, à savoir le photographe japonais Hiroshi Sugimoto, né à Tokyo en 1948, qui propose ses "Natures mortes" ("Still Lives") ainsi que l'incontournable artiste belge Jan Fabre, né à Anvers en 1958, qui montre ici son ensemble de marbre "My Queens" ("Mes Reines"), les deux créateurs engageant un dialogue avec des oeuvres de grand maîtres flamands conservées au musée bruxellois.

Les images presque mystiques de Sugimoto font, en effet, écho aux réalisations de grands maîtres flamands qui sont, en fait, de véritables pionniers de la photographie. La série de quarante clichés en noir et blanc, ici présentés, font apparaître des détails extrêmement riches et reflètent une intensité lumineuse unique, des caractéristiques que l'on retrouve également au sein de la glorieuse école des Primitifs flamands. Ses recherches visuelles aboutissent souvent à susciter un aspect irréel et permet à l'artiste d'évoquer le temps qui passe par le biais de la photographie, technique de l'instantané Sugimoto a notamment étudié la philosophie orientale au Art Center College of Design de Los Angeles, ce qui influencera sensiblement son art. A travers son travail, il combine l'art occidental et le mysticisme oriental, son oeuvre jouant le rôle de pont entre l'héritage et l'idéologie qui sont l'apanage de l'Orient et de l'Occident. Il a obtenu, en 2001, le prestigieux Prix international de la Fondation Hassenblat (Suède) qui,  depuis 1980, récompense chaque année le "travail remarquable" d'un photographe et parmi eux, Henri Cartier-Bresson (1982) . Jan Fabre, quant à lui, est un artiste polyvalent, à la fois plasticien, chorégraphe, metteur en scène, dramaturge et designer. Il a fréquenté l'Institut des Arts décoratifs ainsi que l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers. L'un de ses travaux artistiques les plus emblématiques illumine le plafond de la salle des Glaces du Palais royal de Bruxelles avec ses milliers de carapaces de scarabées. Cette fois, il propose aux visiteurs de découvrir, pour la première fois en Belgique, l'ensemble de marbre "My Queens" qu'il exposa en 2016 au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg et qui représente "les femmes qui ont compté dans sa vie." Entouré d'oeuvres de Jacob Jordaens, Fabre propose ici huit bas-reliefs monumentaux en marbre représentant des citoyens anonymes coiffés de chapeaux de fête en papier. Ces oeuvres, dans un même esprit festif, entourent la sculpture en marbre blanc intitulée "Ma future reine Elisabeth de Belgique" et réalisée en 2016. La représentation de la future souveraine est également coiffée d'un chapeau en papier et, entre le passé et le présent, se "tourne vers l'avenir". Renseignements et informations: www.fine-arts-museum.be (Belga)

Vos commentaires