En ce moment
 
 

Irène Papas, la star de "Zorba le Grec"

 
 

L'actrice grecque Irène Papas, qui s'est éteinte mercredi à l'âge de 93 ans, est devenue célèbre après ses apparitions remarquées dans des films de renommée internationale comme "Les Canons de Navarone" et "Zorba le Grec".

Irène Papas était l'une des actrices grecques les plus célèbres à l'étranger, ayant joué dans plus de 50 films pendant sa carrière, qui s'est étalée sur six décennies.

A l'écran, elle a partagé l'affiche avec Richard Burton, Kirk Douglas, James Cagney et Jon Voigt notamment.

Née le 3 septembre 1929 dans un village du Péloponnèse, Chiliomodi, près de Corinthe, Irène Lelekou qui deviendra connue sous le nom de Papas, est issue d'une famille d'enseignants.

Dotée d'une voix grave, d'un regard perçant et d'un visage sculpté comme sorti de l'Antiquité grecque, Irène Papas a commencé à jouer à l'âge de 15 ans dans des événements culturels locaux avant d'entrer à l'Académie nationale de théâtre à Athènes.

En 1948, elle fait ses débuts dans le film grec "Anges perdus" et quatre ans plus tard commence sa carrière internationale avec "Ville morte", le premier film grec à être présenté au festival de Cannes.

Les adaptations cinématographiques d'Antigone et d'Electre de Sophocle, où elle tient le rôle principal, confortent sa notoriété grandissante.

En 1961 "Les Canons de Navarone" de J. Lee Thompson, dans lequel elle joue auprès de Gregory Peck, David Niven et Anthony Quinn, a été un des rôles les plus marquants de sa carrière.

Elle aura de nouveau pour partenaire Anthony Quinn en 1964 dans le film "Zorba le Grec" de Michel Cacoyannis, une adaptation du roman homonyme de Nikos Kazantzakis.

- "Pas à la recherche d'une carrière" -

"J'ai quitté la Grèce pour découvrir où le meilleur jeu d'acteurs se trouvait. Je voulais apprendre. Je ne cherchait pas une carrière", avait-elle déclaré à la chaîne de télévision publique ERT en 2002.

En 1969, elle incarne la veuve de Grigoris Lambrakis, député grec de gauche assassiné, un des rôles clefs dans le film "Z" de Costa-Gavras, récompensé aux oscars.

En 2001, elle tient un petit rôle dans le film de guerre "Capitaine Corelli" de John Madden aux côtés de Nicolas Cage et Pénélope Cruz.

Irène Papas a reçu de nombreux prix, notamment celui de meilleure actrice en 1961 au Festival de Berlin et un lion d'or à Venise récompensant l'ensemble de sa carrière.

L'actrice était très appréciée en Italie, où elle apparaissait régulièrement dans des films et séries télévisées. Elle y a tenu son dernier rôle en 2004.

Chanteuse dans sa jeunesse, Irène Papas a collaboré dans les années 1970 et 1980 avec Vangelis, Demis Roussos et Mikis Theodorakis, qui a composé la musique du film "Zorba le Grec", devenue célèbre.

Irène Papas avouera durant sa carrière avoir eu du mal à concilier l'incarnation de ses personnages à l'écran et sa propre personne.

- "La célébrité ne m'a rien apporté" -

"La célébrité ne m'a rien apporté", avait-elle dit dans une interview au journal grec Eleftherotypia en 2003.

"Au contraire, cela a détruit ma vie privée. Parce que la personne qui allait s'approcher de moi, disons sexuellement, était déjà tombée amoureuse de mon image".

A l'opposé de ses personnages au caractère de feux à l'écran, Irène Papas disait d'elle-même qu'elle était "froussarde" et qu'elle s'était tournée vers le théâtre pour dépasser sa timidité.

En 2004, elle révéla avoir eu une longue histoire d'amour secrète avec Marlon Brando dans les années 50. "Nous avions une histoire d'amour. Appelons cela une longue relation", avait-elle raconté au journal italien Corriere della Sera.

A 18 ans, elle s'était mariée à son professeur de théâtre Alkis Papas. Ils n'ont pas eu d'enfants et ont divorcé rapidement, mais elle a gardé le nom de son mari.

"Avant je ne pouvais pas aimer ou élever (un enfant). Maintenant, j'aurais aimé en avoir un pour continuer à vivre", avait-elle confié à Eleftherotypia.

Durant les dernières années de sa vie, Irène Papas habitait près de l'Acropole, où sa nièce prenait soin d'elle alors qu'elle souffrait de la maladie d'Alzheimer.


 

Vos commentaires