En ce moment
 
 

Le chanteur MUSTII évoque son oncle atteint de schizophrénie: "Je cherchais un moyen habillé d'ouvrir le dialogue autour de ça"

Le chanteur MUSTII évoque son oncle atteint de schizophrénie: "Je cherchais un moyen habillé d'ouvrir le dialogue autour de ça"
©RTL INFO
 
musti, schizophrénie
 

Il s'agit de la première grande sortie musicale belge de l'année 2022. Le chanteur et comédien MUSTII était avec notre journaliste Alix Battard pour présenter son nouvel album " It's happening now".

Dans ce second album, vous racontez des choses assez intimes à propos de votre histoire familiale. Vous révélez notamment avoir un oncle atteint de schizophrénie qui s'est suicidé lorsque vous aviez 15 ans. Comment cet évènement a-t-il marqué votre enfance et votre adolescence? 

En réalité il s'agit d'une personne que j'ai connue, mais pas réellement rencontrée. En raison de la carapace de la schizophrénie, mais aussi en raison de ma propre carapace d'adolescent renfermé. Nous n'avons jamais su vraiment nous rencontrer, et je cherchais depuis ce moment à me reconnecter avec lui et à enlever ce tabou. 

Vous l'avez vécu comme un tabou ? 

Il s'agit d'un sujet sensible dont on parle peu en famille, car c'est compliqué. En tant qu'adolescent, je ne mettais pas le mot "schizophrénie" sur ce qu'il avait. Je ne connaissais pas bien ce sujet, et je cherchais un moyen  "habillé" d'ouvrir le dialogue autour de ça. Je me suis dit que la musique était le meilleur moyen, car elle me permet une certaine distance. Je m'inspire donc librement de lui et laisse mon imaginaire travailler. Sans raconter sa vie en détail, l'idée était d'avoir un personnage extraordinaire au centre de l'album.

À la manière d'un journal, vous vous mettez dans la tête de votre oncle?

Tout à fait. Toute mes chansons sont à la première personne, exceptée la dernière où je me met cette fois à la place de mon père. Il y a cette idée de carnet intime, mais je le fais avec beaucoup de respect. L'idée était vraiment de lui rendre hommage et de me reconnecter avec lui. Mais aussi que les gens puissent s'identifier à une personne un peu hors norme. Nous traversons tous des moments de solitude, où on ne se sent pas bien. 


 

Vos commentaires