Le musée Grévin à Prague, déficitaire, ferme ses portes

Le musée Grévin à Prague, déficitaire, ferme ses portes
Le footballeur Pavel Nedved à côté de sa statue en cire au Musée Grévin de Prague, le 1er décembre 2004MICHAL CIZEK

Ouvert en avril 2014, le musée Grévin à Prague a fermé ses portes mardi en raison des pertes enregistrées, a annoncé la direction de l'établissement.

"Malgré des hausses annuelles du nombre de visiteurs et du chiffre d'affaires, ce projet ambitieux n'a pas atteint un budget équilibré en raison de charges d'exploitation élevées", lit-on dans un communiqué sur le site du musée.

"Le projet était très ambitieux et déjà l'investissement initial a été assez élevé", a indiqué à l'AFP la directrice du marketing du musée de cire, Daniela Pedret.

"Le nombre de visiteurs se situait à environ 180.000 par an, dont environ 50% de Tchèques et 50% de touristes étrangers", a-t-elle ajouté.

Installé sur trois niveaux et sur une surface totale de plus de 3.000 mètres carrés, le musée pragois offrait une large place aux personnalités locales, comme l'ex-président Vaclav Havel, le coureur Emil Zatopek, les footballeurs Pavel Nedved et Petr Cech, mais aussi à la célèbre "Petite Taupe", vedette des dizaines de films d'animation pour enfants.

Les visiteurs pouvaient également rencontrer parmi les personnages en cire par exemple le dirigeant politique et spirituel indien Mahatma Gandhi, l'acteur britannique Charlie Chaplin, l'acteur français Gérard Depardieu, le musicien américain de jazz Louis Armstrong et l'actrice américaine Marilyn Monroe.

Le Grévin Prague s'est installé dans un palais bâti au début du XXe siècle pour l'industriel tchèque Tomas Bata (1876-1932) et situé sur une rue commerçante animée en zone piétonne de la vieille ville.

Cette rue Celetna fait partie de la célèbre "Voie royale" empruntée jadis par les cortèges de couronnement et considérée aujourd'hui comme le plus beau chemin pour découvrir en quelques heures les principaux sites de Prague.

L'établissement de Prague était le deuxième musée Grévin à l'étranger après celui de Montréal.

Vos commentaires