Le premier film américain de Mélanie Laurent présenté à Deauville

Le premier film américain de Mélanie Laurent présenté à Deauville
Melanie Laurent (G) et Elle Fanning (D) sur le tapis rouge le 1er septembre 2018CHARLY TRIBALLEAU

Mélanie Laurent et la jeune star montante d'Hollywood Elle Fanning ont présenté samedi soir au festival de cinéma américain de Deauville "Galveston", le premier film américain réalisé par l'artiste française, entre thriller et road movie.

La comédienne porte ainsi à l'écran le roman de Nic Pizzolato, le créateur de la série "True Detective". "Galveston", dont la projection en avant-première mais hors compétition a démarré samedi soir à Deauville, raconte la cavale de Roy, petit gangster de la Nouvelle-Orléans qui vient d'échapper à un guet-apens, et de Rocky, une jeune femme que la vie a déjà beaucoup malmenée.

Le casting est hollywoodien avec Elle Fanning, 20 ans, et déjà 31 films à son actif (dont "Somewhere" et "Les Proies" de Sofia Coppola ou "Mary Shelley" de Haïfaa al Mansour) et Ben Foster ("Six feet under"), 37 ans.

Mais Galveston est "un regard extérieur à l'Amérique sur une histoire très américaine", a estimé Elle Fanning lors d'une conférence de presse. Mélanie Laurent, qui signe son quatrième film de fiction comme réalisatrice, "ne montre pas de violence pour la violence, elle l'utilise de façon très stratégique", a précisé l'actrice américaine à l'AFP.

Loin de son univers habituel, l'artiste française, qui a tourné avec Quentin Tarantino dans "Inglorious Bastards" (2009), a voulu "aborder un vrai thriller" avec "la violence physique et mentale (...), en restant une réalisatrice, femme et européenne", a-t-elle précisé lors d'une conférence de presse. La jeune réalisatrice a été contactée pour ce film par Tyler Davidson, le producteur "Take Shelter" de Jeff Nichols.

"Le film parle d'âmes esseulées, d'âmes perdues qui aimeraient bien s'en sortir et qu'on laisse un peu crever", a précisé à l'AFP l'actrice française César du meilleur espoir féminin pour "Je vais bien, ne t'en fais pas" en 2007, avant de recevoir, avec Cyril Dion, celui du meilleur documentaire pour "Demain".

Mélanie Laurent a ainsi donné "beaucoup plus d'importance que dans le roman à Rocky, un personnage qui porte une tragédie à l'intérieure d'elle, et balance entre l'enfance et la maturité" que lui a imposé la vie, souligne Elle Fanning à l'AFP.

En filigrane de son thriller, la réalisatrice filme la misère sociale dans la chambre d'un motel ou même dans les forêts. "J'ai essayé de ne jamais transformer la réalité américaine. Je voulais tout sauf un film naïf d'une petite française qui ne connaît pas le Texas", souligne la réalisatrice qui tourne actuellement comme actrice avec le réalisateur américain de "Transformers" Michael Bay.

Vos commentaires