En ce moment
 
 

Les définitions sexistes voire misogynes du Larousse font SCANDALE: l'éditeur contraint de corriger ses textes (photos)

Les définitions sexistes voire misogynes du Larousse font SCANDALE: l'éditeur contraint de corriger ses textes (photos)
 
 

Le lièvre a été levé sur les réseaux sociaux. Hier encore, sur la version en ligne du dictionnaire Larousse, une boulangère, c'était "la femme du boulanger", une guerrière, "une jeune fille qui revendique avec agressivité sa place dans la société" . Critiqué pour ces définitions sexistes voire misogynes, le dictionnaire Larousse a dû corriger ses textes sur son site internet.

Quand elle a vu passer l'information sur les réseaux sociaux, Maud n'y a d'abord pas cru. "Je suis choquée, nous dit-elle via le bouton orange Alertez-nous. J'ai dû aller vérifier moi-même... Pourra-t-on un jour être estimée en tant que femme?" Notre lectrice fait référence aux définitions sexistes publiées par le dictionnaire Larousse. En 2020, tout le monde sait qu'une boulangère est celle qui fait et/ou vend le pain. Mais pour le Larousse, une boulangère, n'est que "la femme du boulanger".

"Il faut également aller voir à : présidente, ambassadrice... ", nous recommande Maud, outrée. Effectivement, hier encore, le site du dictionnaire Larousse nous apprenait qu'une présidente n'est pas une femme élue à la tête d'un pays républicain, mais bien "la femme d'un président", ou qu'une guerrière n'était pas une femme qui faisait la guerre, mais plutôt "une jeune femme qui revendique avec agressivité sa place dans la société". En clair, une féministe.
guerrier
guerriere


Ces définitions épinglées puis dénoncées par des lecteurs et lectrices scandalisés ont suscité l'indignation. L'éditeur a fini par corriger.


"L'Académie est sexiste"

En fait, le Larousse se base sur les décisions de l'Académie française, qui n'a changé les définitions qu'en février 2019. Dès lors, l'Académie serait-elle sexiste ? Pour Anne Catherine Simon, professeure en linguistique française à l'UC Louvain, la réponse est clairement oui. "Du bout des lèvres, l'Académie a accepté de valider ces usages, dit-elle, interviewée par notre journaliste Sylvie Degrelle. On sait que l'Académie, en France, a encore un pouvoir important sur la langue. Sans doute que le Larousse montre qu'il est plutôt conservateur sur cette question".

Avant, on disait poétesse et professeuse

"Au Moyen-Âge et à la Renaissance, on parlait de poétesse et de professeuse, éclaire encore Anne-Catherine Simon. Ce n'est qu'à la création de l'Académie française, au XVIIe siècle, qu'il y a eu une lutte de la part de certains hommes pour asseoir leur domination et pour dire qu'on ne pouvait plus utiliser ces termes féminins".

D'où l'intérêt de bien choisir votre dictionnaire. Le Robert, par exemple, est beaucoup plus progressiste.




 

Vos commentaires