En ce moment
 

Les frères Jérémie et Yannick Rénier explorent les liens du sang dans "Carnivores"

Les frères Jérémie et Yannick Rénier explorent les liens du sang dans
L'acteur belge Jérémie Rénier (D) et son frère Yannick, le 21 mars 2018 à ParisSTEPHANE DE SAKUTIN

Avec "Carnivores", en salles mercredi, l'acteur belge Jérémie Rénier et son frère Yannick signent un thriller psychologique mettant en scène deux sœurs comédiennes rivales, un film inspiré de leur vécu pour explorer les relations familiales et les tensions qu'elles engendrent.

L'un, le blond Jérémie, 37 ans, est le plus connu du grand public: il a déjà mené une longue carrière au cinéma, jalonnée entre autres par plusieurs films des frères Dardenne dont "L'Enfant", Palme d'or à Cannes en 2005.

L'autre, le brun Yannick, 42 ans, joue surtout au théâtre mais a également une vingtaine de films à son actif, dont "Nue propriété" de Joachim Lafosse aux côtés de son frère, ainsi que des rôles à la télévision, notamment dans la série d'Arte "Ainsi soient-ils".

Demi-frères dans la vie et comédiens, ils ont décidé de réaliser un film - produit par deux autres frères belges, les Dardenne - dont le point de départ apparaît d'emblée autobiographique, même s'ils ont décidé de le transposer avec deux soeurs pour ne pas être "trop proches" d'eux et être "plus libres dans l'écriture".

"Carnivores" raconte l'histoire de Mona (Leïla Bekhti), comédienne qui peine à se faire un nom dans le métier, et de sa soeur cadette Sam (interprétée par Zita Hanrot, César du meilleur espoir féminin en 2016 pour "Fatima"), rapidement repérée et devenue une star de cinéma.

A court de ressources, Mona s'installe chez Sam, dont elle va devenir l'assistante, tandis que sa soeur, fragilisée par son travail et sa notoriété fulgurante, perd peu à peu pied.

"Il y a des choses qui sont inspirées de nous deux, de nos traits de caractère, et puis il y a aussi le sujet, la relation de deux actrices de la même famille, comme pour nous. On ne se cache pas qu'il y a parfois un miroir de notre relation", a expliqué à l'AFP Yannick Rénier.

"Ce que l'on a voulu faire, c'est de partir de ça et de pousser les curseurs au maximum, pour voir comment ça pourrait tendre vers le drame", ajoute-t-il. "On avait notre histoire, mais c'est anecdotique. On a voulu en faire quelque chose de plus universel".

- "Catharthique" -

L'idée de "Carnivores" est en fait venue à Jérémie et Yannick Rénier après avoir joué ensemble dans "Nue propriété", présenté en compétition à la Mostra de Venise en 2006.

"L'idée au départ c'était surtout de trouver un moyen de continuer à travailler ensemble", souligne Jérémie, qui dit "ne pas s'embrouiller" avec son frère dans la vie.

"Le film est parti d'une anecdote toute bête", renchérit Yannick. "On rentrait tous les deux du festival de Venise, chargés de bagages et de housses de costumes, et Jérémie a eu un coup de fil. Je l'aide, je prends ses bagages.(...) A un moment donné, l'équipe autour de nous nous a vus et Jérémie a été stigmatisé comme la star qui ne fait pas attention à son frère, et moi au contraire comme quelqu'un de servile", raconte-t-il.

"On a voulu jouer de ça (...) Même si ça nous fait rire, on s'est dit qu'il y avait là-dedans quelque chose de très cruel".

A partir de ce point de départ, ce film au titre évocateur de relations violentes et carnassières raconte avec une tension croissante l'histoire de ces deux soeurs. Il le fait à travers les yeux de Mona, la plus équilibrée en apparence mais aussi la plus secrète, en proie à des sentiments contradictoires, entre amour pour sa soeur, jalousie et frustration.

Face à ce personnage complexe, Zita Hanrot campe une Sam extravertie et sensuelle, un registre nouveau pour la comédienne de 28 ans, qui pensait au départ "ne pas avoir les armes pour jouer ça".

Pour les frères Rénier, raconter cette histoire de soeurs a eu un rôle "cathartique", souligne Jérémie. "On a touché des aspects très sensibles et profonds de notre relation", dit-il.

Envisagent-ils de réaliser d'autres films ensemble? "La suite, on la laisse mûrir", résume-t-il.

Vos commentaires