En ce moment
 
 

Mattel lance une poupée "inclusive", sans identité genrée: la ligne compte six modèles

Mattel lance une poupée

Mattel a dévoilé mercredi une nouvelle poupée qualifiée d'"inclusive", sans identité genrée attribuée, qui répond, selon le fabriquant américain de jouets, à une demande des enfants, désireux de "s'exprimer librement", selon une dirigeante du groupe.

La nouvelle ligne, qui comprend six modèles, a été baptisée "Creatable World" et propose des poupées modulables, cheveux courts ou longs, pantalon ou jupe, chaussures à semelle compensées ou baskets. "Les jouets sont le reflet de notre culture et à mesure que le monde célèbre l'impact positif de l'inclusivité, nous avons senti que le moment était venu de créer une ligne de poupées sans label", a expliqué la vice-présidente de la division Mattel Fashion Doll Design, Kim Culmone, citée dans un communiqué.

Le concept d'inclusion recouvre ici le fait de s'adresser à tous les individus, quelle que soit leur identité de genre. "En faisant des recherches, nous avons perçu que les enfants ne voulaient pas que leurs jouets soient régis par des normes de genre", a-t-elle poursuivi. "Cette ligne permet à tous les enfants de s'exprimer librement."

Les poupées sont aussi disponibles avec plusieurs couleurs de peau différentes.

Depuis plusieurs années maintenant, Mattel cherche à diversifier les modèles de sa poupée star Barbie, après avoir proposé durant des décennies, à quelques exceptions près, une jeune femme blanche et blonde.

Début 2016, l'entreprise californienne avait notamment lancé des versions "ronde", "petite" et "grande" de Barbie.

Portée par cette stratégie, les ventes de Barbie restent sur sept trimestres consécutifs de hausse, à contre-courant de beaucoup de produits proposés par Mattel, qui souffrent de la concurrence d'autres jouets et de la domination des écrans.

Mardi, plusieurs industriels et distributeurs de jouets ont signé à Paris une "charte pour une représentation mixte des jouets" avec la secrétaire d'Etat à l'Economie et aux Finances Agnès Pannier-Runacher.

La charte vise à lutter contre les stéréotypes de genre dans l'industrie des jouets.

Vos commentaires