En ce moment
 
 

Pierre Soulages, 99 ans, bientôt au Louvre et peut-être à New York?

Pierre Soulages, 99 ans, bientôt au Louvre et peut-être à New York?
Le peintre Pierre Soulages, le 28 mai 2014 à RodezPascal PAVANI

Le peintre abstrait et chantre de l'outrenoir Pierre Soulages, 99 ans ce lundi, sera à l'honneur fin 2019 au musée du Louvre et pourrait aussi être l'objet d'une grande exposition à New York, à l'initiative d'un marchand d'art.

Du 11 décembre 2019 au 9 mars 2020, ses toiles seront présentées dans le Salon Carré du célèbre musée parisien. "Ils empruntent des toiles à la National Gallery de Washington, au MoMA de New York, à la Tate de Londres. Tous les grands musées vont prêter", précise lundi Pierre Soulages dans une interview à la Dépêche du Midi.

Pour la suite, son marchand d'art actuel, Emmanuel Perrotin, "a un projet délirant pour mes 100 ans", fait savoir le peintre dans un autre entretien, au Figaro. "Il veut apporter la totalité de mes œuvres, qui sont au musée Fabre de Montpellier, dans son nouvel espace, magnifique, de New York."

"C'est une folie sur le plan financier. Je ne sais pas s'il y arrivera. Mais j'aime bien son ouverture d'esprit, son énergie", ajoute le peintre.

A l'occasion de son 99e anniversaire, il revient sur son amour pour le noir. "Ce fut la couleur de mes vêtements dès que j'ai pu les choisir. Ma mère était outrée. Elle me disait: +Tu veux déjà porter mon deuil?+"

Pierre Soulages souhaite être enterré au cimetière marin de Sète. "Une chose est sûre: je ne veux pas laisser mes os à Rodez", où se trouve un musée à son nom. "J'ai acheté une concession au cimetière marin de Sète", ville où il habite, confie-t-il encore à La Dépêche du Midi.

Actuellement, le musée de Rodez accueille une exposition temporaire de l'artiste lui-même avec 118 peintures sur papier, dont certaines n'ont jamais été présentées au public.

Visible jusqu'à la fin mars, l'exposition temporaire comporte une centaine d’œuvres sur papier-fusains, brous de noix, gouaches et encres de chines- réalisées entre 1946 et 2004. Elles sont présentées de manière chronologique, alors qu'une vingtaine d'autres sont accrochés dans les "salles sombres" du musée aux côtés de toiles de la collection permanente.

Vos commentaires