En ce moment
 
 

Pologne : le grand rabbin s'indigne de cérémonies officielles pour une unité collaborationniste

Pologne : le grand rabbin s'indigne de cérémonies officielles pour une unité collaborationniste
Le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich dit des prières pendant une cérémonie à Jagiella, dans l'est de la Pologne, le 17 mars 2016 WOJTEK RADWANSKI
histoire

Le grand rabbin de Pologne s'est indigné mercredi de l'attitude favorable du pouvoir conservateur à l'égard d'une unité clandestine nationaliste accusée d'avoir collaboré avec les nazis.

Il a notamment déploré que des cérémonies - organisées par le ministre des Anciens combattants sous le patronage du président Andrzej Duda - se tiennent à l'occasion du 75e anniversaire de la création de Brygada Swietokrzyska (Brigade des montagnes de la Sainte croix).

Le grand rabbin a rejeté l'invitation du ministre Jan Kasprzyk à ces cérémonies, et a fait suivre sa réponse à la présidence.

"L'organisation de ces cérémonies est une insulte à la mémoire de tous les citoyens polonais tués dans la lutte contre les Allemands. Je considère comme une insulte personnelle le fait d'être invité à y participer. Shalom. Michael Schudrich", a-t-il dit dans une déclaration citée par le quotidien Gazeta Wyborcza.

Le patronage présidentiel, annoncé la semaine dernière, a provoqué des vives critiques en Pologne.

Brygada Swietokrzyska a fait partie de Forces armées nationales (NSZ), importante organisation militaire clandestine ultranationaliste et anticommuniste qui pendant la Seconde guerre mondiale a combattu les nazis, mais également l'Armée rouge et la résistance anti-allemande communiste polonaise.

Après l'entrée de l'Armée rouge en Pologne, cette brigade, qui comptait à l'époque entre 850 et 1.400 hommes, a refusé de se joindre à la principale organisation clandestine, l'Armée de l'Intérieur (AK), et a entamé une collaboration avec les nazis contre l'URSS, avant de se réfugier finalement en Allemagne.

Pour M. Schudrich, les NSZ, ouvertement anticommunistes, "tuaient des Allemands, des Russes et des Juifs".

"Il y a beaucoup d'autres héros polonais, nous n'avons pas besoin de choisir ceux qui ont tué d'autres Polonais, et dans ce cas-là, nombre de gens de religion juive", a-t-il dit, évoquant "un certain niveau de collaboration" de la Brigade avec les Allemands, et qualifiant les cérémonies de "révisionnisme historique dangereux".

En février 2018, le Premier ministre conservateur Mateusz Morawiecki a été le premier responsable polonais à déposer des fleurs sur les tombes des soldats de la Brigade près de Munich, provoquant un tollé en Pologne et en Israël.

Vos commentaires