Rencontre avec le youtubeur Gonzaroo: "N'importe qui peut aimer les mangas, faut juste trouver le truc qui vous correspond!"

Rencontre avec le youtubeur Gonzaroo:

Le salon "Made in Asia" se tient jusqu'à demain soir sur le site de Brussels-Expo. Un salon entièrement consacrée à la culture asiatique. Un sujet que maîtrise plutôt bien "Gonzaroo". Ce jeune Belge de 26 ans est considéré comme un expert en manga, ces bandes dessinées japonaises. Il est d'ailleurs très suivi sur internet. Nathanaël Pauly, Corentin Simon et Quentin de Cuyper se sont rendus sur place pour RTL Info.

Il s'appelle Gonzalo, mais sur internet, c'est Gonzaroo. Passionné de manga, il décidé il y a 5 ans de créer sa propre chaîne YouTube. Les débuts sont timides mais aujourd'hui, Gonzaroo compte plus de 130.000 abonnés.

"Au fur et à mesure, les gens sont venus. J'ai été cité dans une vidéo d'un autre youtubeur "Le rire jaune" et d'autres gens sont venus… et ainsi de suite. Finalement j'avais pas vraiment d'objectif en tête quand j'ai commencé." déclare-t-il.

Dans ses vidéos, le youtubeur évoque les nouveautés mangas publiées chaque semaine dans les magazines au Japon. Le jeune homme de 26 ans s'intéresse à la culture nippone depuis l'âge de 8 ans. "On arrive à s'évader un peu, on arrive à trouver d'autres histoires… En soit, tous les médias, que ce soit des films ou des séries, ils ont tous leurs codes. Moi j'aime bien ceux les mangas parce qu'ils sont amusants. Il y a des histoires qu'on ne peut trouver que là-dedans" ajoute-t-il.

Sa communauté YouTube est principalement composée d'adolescents. Aujourd'hui, Gonzaroo est invitée sur de nombreux salons internationaux comme spécialiste de la culture manga. Il est considéré comme un influenceur sur internet. Actuellement on est dans une période de transition, les manges ne sont plus vraiment un sous-genre. C'est quelque chose qu'il faut prendre sérieusement. N'importe qui peut aimer les mangas, faut juste trouver le truc qui vous correspond. Son rêve serait de pouvoir vivre de sa passion mais d'abord Gonzaroo veut continuer ses études de communication.

Vos commentaires