En ce moment
 
 

Selah Sue, le groove face à la dépression

 
 

"Cet album a touché beaucoup de gens, m'a offert une grande tournée qui m'a sauvée ces derniers temps": la chanteuse belge Selah Sue transpose sur scène un album tout en groove, glaive contre une dépression tenace.

Un autre artiste belge, Stromae, a évoqué cette année ses fêlures passées dans "L'enfer", un des titres de son dernier album "Multitude". Mais les deux parcours n'ont rien à voir. Lui a vu le sol se dérober sous ses pieds après un gros burn-out causé par sa précédente tournée qui l'avait essoré.

La dépression est chez Selah Sue une vieille compagne de route avec qui il a fallu apprendre à vivre depuis son adolescence. Son dernier disque "Persona" - soit le masque social en psychologie - est une étape importante dans ce processus.

"Le making-of thérapeutique de cet album est intéressant, ça m'a permis d'embrasser les différentes parties de moi dans chaque chanson, ça guérit sur plein de plans", explique la Flamande à l'AFP, de passage à Paris. Avant de s'y produire pour deux soirs cette semaine à La Cigale (après des passages par la Pologne, la République tchèque et avant les Pays-Bas).

"Apprivoiser les différents côtés de vous, c'est une lutte permanente, non, je dirais que c'est une route", poursuit-elle, nullement déprimée pendant l'interview. "C'est parfois difficile de trouver la paix avec mon côté dépressif, ou mon moi critique, celui qui dit que je suis une +loser+, mais on apprend à choisir qui va être au volant du bus, la personnalité confiante par exemple, pas celle qui est critique".

Chacune de ces facettes d'elle-même inspire un titre de "Persona". Le disque sorti au printemps n'est en rien larmoyant. Et il faut s'attendre à des concerts enjoués de celle qui arbore sur scène une tenue jaune pétante ou un peignoir façon boxeur, marbré comme le pelage d'un tigre.

- "Je dois être honnête" -

On y entendra des accents soul et hip-hop, puisque le morceau "Wanted you to know" est chanté sur disque avec le rappeur belgo-congolais Damso et "Hurray" avec Benjamin Epps, Gabonais installé en France. Pas une nouveauté chez elle, puisqu'on l'entendait sur d'anciens morceaux aux côtés de rappeurs français (Nekfeu) ou américain (Childish Gambino) par exemple.

Dans "Karma", une de ses récentes chansons, on entend une intonation à la Prince dans le refrain: rien d'étonnant là non plus puisque l'artiste s'est produite au début de sa carrière en première partie du Kid de Minneapolis.

Un des titres les plus emballants est paradoxalement "Pills", "pilules" en anglais (langue dans laquelle elle chante), en référence aux antidépresseurs. Un remède dont la trentenaire avait cru pouvoir se passer. Avant d'informer ses fans sur ses réseaux sociaux qu'elle devait de nouveau se reposer sur cette béquille chimique.

"Je dois être honnête avec cette histoire, et quand j'ai dit sur Instagram que je devais rependre des antidépresseurs, il y a plus de 16.000 personnes qui m'ont soutenue". "Certaines m'ont même dit qu'elles vivaient la même chose: on veut toujours être unique et spéciale, mais pas dans la dépression, et savoir que d'autres sont dans le même bateau a été apaisant", sourit-elle.

La tournée qui s'achève a été salvatrice car "pouvoir se connecter avec son public et partager ses émotions, c'est de l'or".

Que se passera-t-il quand la tournée s'arrêtera ? Pas de vertige, car elle se projette sur un nouvel album. Faudra-t-il attendre sept ans pour ce nouveau disque, comme entre "Reason" et "Persona" ?

"Non, j'ai pris un break la dernière fois car j'ai eu deux enfants, maintenant je n'en veux plus (rires), le prochain album n'attendra pas autant, un ou deux ans maximum".


 

Vos commentaires