En ce moment
 
 

Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale

 
 

Accusée d'avoir soustrait 14,5 millions d'euros au fisc espagnol entre 2012 et 2014, la star colombienne Shakira va être jugée pour fraude fiscale, ont annoncé mardi les autorités judiciaires espagnoles.

La date de ce procès, qui se tiendra devant le tribunal provincial de Barcelone (nord-est de l'Espagne), doit encore être fixée.

Clamant son innocence, Shakira, 45 ans, avait fait savoir fin juillet qu'elle refusait de sceller un accord avec le parquet, disant préférer la tenue d'un procès à cette procédure de plaider-coupable.

Le parquet avait indiqué quelques jours plus tard qu'il demanderait une peine de plus de huit ans de prison et une amende de près de 24 millions d'euros contre la chanteuse.

Selon l'accusation, Shakira vivait en Espagne depuis 2011, année où sa relation avec le footballeur du FC Barcelone Gerard Piqué a été rendue publique, mais avait maintenu sa résidence fiscale aux îles Bahamas, considérées comme un paradis fiscal, jusqu'en 2015.

Le couple, qui a deux enfants, a annoncé sa séparation en juin.

La défense de Shakira affirme pour sa part que jusqu'en 2014, ses revenus provenaient principalement de ses tournées internationales ou de sa participation à l'émission "The Voice" aux Etats-Unis et qu'elle ne vivait pas plus de six mois par an en Espagne, condition requise pour établir sa résidence fiscale dans le pays.

La star a fait en outre valoir qu'elle avait déjà versé 17,2 millions d'euros au fisc espagnol et qu'elle n'avait donc plus aucune dette à son égard.

- "Je ne dois rien" -

"Ces accusations sont fausses", a martelé Shakira dans une interview publiée la semaine dernière par le magazine ELLE, assurant qu'elle était entre 2012 et 2014 en tournée la majeure partie du temps et ne pouvait donc pas être considérée comme résidente fiscale en Espagne.

"Les autorités fiscales ont vu que j'étais en couple avec un citoyen espagnol et ont commencé à saliver. Il est clair qu'ils voulaient cet argent sans se soucier de comment ils allaient faire", a-t-elle ajouté.

"Je ne dois rien" au fisc "et je suis certaine d'avoir suffisamment de preuves pour soutenir mon dossier et faire en sorte que la justice se prononce en ma faveur", a encore dit la chanteuse, pour qui aller au procès "est une question de principe".

En mai, un tribunal barcelonais avait rejeté un recours de la chanteuse, jugeant que "la documentation fournie pour prouver que la résidence fiscale était dans un autre pays ne (semblait) pas être suffisante".

Le nom de Shakira figure en outre parmi ceux cités dans les Pandora Papers, une vaste enquête publiée fin 2021 par le Consortium international des journalistes d'investigation, accusant plusieurs centaines de personnalités d'avoir dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment à des fins d'évasion fiscale.

Mélangeant des sonorités latines, des rythmes africains et des influences rock, la Colombienne est devenue l'une des chanteuses latino-américaines les plus écoutées au monde, avec des titres tels que "Hips don't Lie", "Whenever, Wherever" ou encore "Waka Waka", l'hymne officiel de la coupe du Monde 2010. Elle a remporté trois Grammy Awards.

Dans son interview à ELLE, la pop-star a assuré traverser actuellement "les heures les plus difficiles et les plus sombres de (sa) vie" en raison de ses ennuis judiciaires, de sa séparation et des soucis de santé de son père.

- Ronaldo, Messi -

Outre Shakira, de nombreuses personnalités, en particulier des footballeurs, ont eu des ennuis avec le fisc espagnol ces dernières années.

Cristiano Ronaldo a par exemple été condamné début 2019 à une peine de deux ans de prison, qu'il n'a pas eu à purger car son casier judiciaire était vierge. Entre sanctions et remboursement du montant de l'évasion fiscale, l'affaire a coûté 18,8 millions d'euros à l'ancienne star du Real Madrid.

L'ex-étoile du Barça, Lionel Messi, a été, lui, condamné en 2016 à 2 millions d'euros d'amende et une peine de 21 mois de prison, commuée en une amende supplémentaire de 252.000 euros.


 

Vos commentaires