En ce moment
 
 

Studio BD: "De l'autre côté de la frontière", un polar sulfureux

Studio BD:
©RTL INFO
Studio BD

Studio BD. De l'autre côté de la frontière. Polar sulfureux. Des prostituée tuées à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Un héros qui s'inspire de l’écrivain Simenon. Ce récit sent la sueur et les larmes, le crime et les lames. Un album vénéneux à souhait porté par le dessin élégant de Philippe Berthet.

La couverture ne ment pas. Une jeune prostituée tente de séduire un riche client américain. Un piège aussi noir que la nuit qui l'entoure. "De l'autre côté de la frontière" est un album unique. Un récit puissant. 

Nous sommes en 1948 dans la Santa Cruz Valley. Un terrain de jeu pour des riches américains en quête de sensations fortes. Là bas, il y a Nogales, la ville frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Un homme vient de s'installer dans la région. Ce n'est pas n'importe qui. C'est François Combes, célèbre auteur de romans policiers. Accompagnée de sa secrétaire, il aime rencontrer les prostituées pour "s'inspirer".  Mais Raquel, la fille qu'il rencontre dans un bouge de Nogales est sauvagement assassinée. Son pote Jed est en tête des suspects.  

Cette histoire est librement inspirée d'un séjour effectué par Georges Simenon dans la région. Une idée qui a séduit le dessinateur Philippe Berthet.  

Une atmosphère sulfureuse, des femmes et un anti-héros 

Le récit est raconté en voix off par une jeune mexicaine. Engagé par l'écrivain, elle est le témoin privilégié de la vie d'un homme obsédé par les femmes. Pour le scénariste Jean-Luc Fromental, Georges Simenon fait partie de ces écrivains qui ne laissent pas indifférents. A la fois séduisant et antipathique. 

Simenon, un monstre sexuel

Jean-Luc Fromental aime aussi les grands espaces, la poussière et la lumière. Il installe son polar sur cette frontière emblématique entre le Mexique et les Etats-Unis. Frontière des riches et des pauvres, entre les biens nés et les autres, entre les femmes qui se battent et celles qui subissent. Le dessinateur Philippe Berthet évoque une page essentielle du récit.

Intimité sulfureuse

Ce polar qui sent la Téquila et la sueur multiplie les rebondissements. Les meurtres s'enchaînent. La petite servant mexicaine, Estrilla, observe ce monde sauvage. Elle est chargée par l'écrivain d'être ses yeux et ses oreilles dans les quartiers pauvres. L'étau se resserre et le lecteur retient son souffle. L'élégance du dessin de Philippe Berthet associé à des cadrages rigoureux permettent une plongée progressive dans cet univers à la fois sombre et mélancolique. Un très bel album.

"Au delà de la frontière" aux éditions Dargaud. 

Scénario: Jean-Luc Fromental

Dessin: Philippe Berthet. 

 

Vos commentaires