En ce moment
 
 

Sur les tapis rouges aussi, Lagerfeld avait une place à part

Mode

Que ce soit avec Chanel ou Fendi, Karl Lagerfeld, décédé mardi, avait une place à part sur les tapis rouges, où il a habillé une poignée d'actrices triées sur le volet, démontrant sa capacité unique à mêler modernité et classicisme.

Jusqu'au début des années 90, les soirées de récompenses n'étaient pas un enjeu pour les grands couturiers, la plupart des actrices choisissant ainsi des designers américains, dont les noms n'évoquent aujourd'hui plus grand-chose.

Mais avec l'émergence de programmes et de chaînes dédiés au show-business et aux célébrités, comme E! aux Etats-Unis, puis la montée en puissance d'internet, la visibilité de ces grands raouts s'est trouvée décuplée.

A la tête de Chanel depuis 1983, et collaborateur de Fendi depuis 1965, Karl Lagerfeld a accompagné ce mouvement, mais à ses conditions.

L'homme au catogan s'est ainsi concentré sur une poignée de femmes qui l'inspiraient, instaurant avec elles des relations privilégiées, une approche inhabituelle.

Gwyneth Paltrow, Julianne Moore, Nicole Kidman ou plus récemment Keira Knightley, Kristen Stewart ou Emma Stone... Elles se sont toutes présentées plus d'une fois en Chanel à un grand évènement.

Peu de couleurs, souvent du noir et du blanc, un goût poussé pour les incrustations et les pièces rebrodées de perles, de cristaux ou de paillettes, avec la finesse qui distingue la haute couture du prêt-à-porter.

Sur le tapis rouge, le créateur continuait de réinterpréter à l'infini les codes de Gabrielle Chanel pour rester actuel.

Autre particularité, Chanel ne créait que très rarement une robe spécialement pour un tapis rouge, même si Karl Lagerfeld a fait quelques exceptions, notamment pour Julianne Moore.

En 2015, la comédienne a ainsi reçu l'Oscar de la meilleure actrice dans une robe qui aura nécessité quatre essayages et 500 heures de travail.

- Chanel ne paye pas -

Quasiment au même moment, Karl Lagerfeld avait déclaré au New York Times que Julianne Moore correspondait à son idée de la femme parfaite, non pas seulement pour sa plastique, mais pour "ce qu'elle est dans la vie".

"Nous avons pensé que ce serait bien d'être fidèle", avait alors expliqué Leslie Fremar, la styliste de Julianne Moore, au site Business of Fashion. "C'est agréable de choisir une marque qui va vous soutenir, qui n'a rien à voir avec une relation pécuniaire."

Car à la différence de la plupart des maisons, qui vont parfois jusqu'à payer 250.000 dollars pour une apparition, selon The Hollywood Reporter, Chanel s'est toujours refusé à payer des célébrités pour qu'elles portent ses pièces devant les caméras.

Une politique qui a fait les gros titres, en février 2017, après que Karl Lagerfeld a révélé que Meryl Streep avait refusé de porter une robe Chanel prévue pour elle, au profit d'un autre créateur, qui avait accepté de la payer.

"Après lui avoir fait cadeau d'une robe valant 100.000 euros, nous avons appris que nous devions payer", avait alors expliqué KarL Lagerfeld au site Women's Wear Daily.

"Nous leur donnons des robes, nous faisons des robes, mais nous ne payons pas", avait-il dit. "Une actrice géniale, mais un peu +cheap+ aussi, non?"

Furieuse, Meryl Streep avait nié, et Karl Lagerfeld s'en était sorti par une contorsion, évoquant un malentendu.

De manière générale, s'il se pliait à l'exercice, le créateur aux lunettes noires goûtait peu le cérémonial de Hollywood.

Lors d'un entretien, en public, organisé par Women's Wear Daily à New York en 2013, Karl Lagerfeld évoquait la légèreté des années 70, qui étaient "sans prétention". "Il n'y avait pas de tapis rouge, pas 200 gardes du corps pour accompagner une célébrité. Aujourd'hui les choses sont sur-organisées."

"Et il y a un autre problème" avec le tapis rouge, disait-il. "Si vous donnez à une actrice une robe haute-couture qu'une cliente avait commandé, elle annule la commande dans la seconde."

"Peut-être ont-elles peur que leurs maris fassent des comparaisons", glissait-il, avec sa malice légendaire, "et trouvent que Nicole Kidman avait l'air mieux dans la robe."

Vos commentaires