En ce moment
 
 

Un très rare tableau primitif de l'Italien Cimabue adjugé à plus de 24 millions d'euros

Un très rare tableau primitif de l'Italien Cimabue adjugé à plus de 24 millions d'euros
"Le Christ moqué", icône religieuse du peintre italien de la Renaissance Cenni di Pepo, dit Cimabue. Photo du 23 septembre 2019Philippe LOPEZ

Un chef d'oeuvre très rare du peintre primitif italien Cimabue (1272-1302), "Le Christ moqué", a été adjugé 24.180.000 euros (frais compris), lors d'une vente aux enchères historique dimanche à Senlis (Oise), a annoncé l'hôtel des ventes Actéon.

La somme s'est élevée à 19,5 millions sous le marteau, sans les frais. L'oeuvre avait été estimée entre 4 et 6 millions d'euros.

Actéon n'a pas précisé quel était le profil de l'acquéreur de ce tableau, retrouvé par hasard, lors d'un déménagement, dans la maison d'une vieille dame à Compiègne.

C'est la première fois depuis des dizaines d'années qu'un tableau de Cimabue était sous le marteau.

"Ca en fait le tableau primitif le plus cher vendu au monde, ce qui le classe également au 7e tableau ancien le plus cher vendu au monde, après le Salvator Mundi de Leonard de Vinci, le Massacre des innocents de Rubens, un Pontormo, un Rembrandt, un Raphaël et un Canaletto", a assuré à l'AFP Actéon, qui regroupe des maisons à Senlis, Chantilly, Compiègne, Lille et Paris.

Parmi les huit enchérisseurs figuraient des musées.

"Le Christ moqué" est le thème de ce tableau de petite taille (25,8 cm sur 20,3 cm), peinture à l'oeuf et fond d'or sur panneau de peuplier, élément d'un diptyque de 1280 dans lequel étaient représentées sur huit panneaux de taille semblable des scènes de la Passion.

Deux des scènes étaient connues à ce jour: La Flagellation du Christ (Frick Collection, New York) et la Vierge à l'enfant trônant et entourée de deux anges (National Gallery, Londres).

Cimabue (1272-1302), est l'une des plus grandes figures de la Pré-Renaissance. Peintre florentin, il a assuré le renouvellement de la peinture byzantine en rompant avec son formalisme et ses images codifiées par le dogme.

Vos commentaires