En ce moment
 
 

Universal Music fait une entrée en fanfare à la Bourse d'Amsterdam

 
 

La plus grande major mondiale de l'industrie musicale Universal Music Group (UMG), contrôlée jusqu'alors à Vivendi, a fait une entrée fracassante pour son premier jour de cotation mardi à la Bourse d'Amsterdam, faisant s'envoler la valorisation de l'entreprise à plus de 45 milliards d'euros.

Le milliardaire français Vincent Bolloré avait pris le contrôle d'Universal via Vivendi en 2014.

Gérée depuis Santa Monica, aux portes de Los Angeles aux Etats-Unis, Universal a su traverser la crise liée au MP3 et au piratage de la musique, pour se réinventer en engrangeant des milliards de dollars de revenus par le streaming.

Universal possède notamment les célèbres studios Abbey Road (Beatles, Lady Gaga, Kanye West, Amy Winehouse...), EMI Records (Justin Bieber, Keith Richards, Metallica) et Capitol Records (Katy Perry, Paul McCartney). Tout le catalogue Bob Dylan a aussi rejoint l'an dernier Universal.

Jugeant le moment opportun, Vincent Bolloré avait décidé d'introduire Universal en Bourse cette année et de distribuer 60% des actions aux actionnaires existants de Vivendi, dont lui-même, qui ont réalisé une belle opération mardi, en obtenant une action UMG pour chaque action Vivendi détenue.

Le titre d'Universal a fini la journée à 25,10 euros, soit 35,68% au-dessus de son prix d'introduction, fixé à 18,50 euros lundi soir.

- Vivendi chute de près de 20% -

Ce prix initial de référence valorisait UMG à 33,5 milliards d'euros, mais la cotation actuelle porte sa valorisation bien au-delà, à plus de 45,5 milliards d'euros.

Dans le même temps, le cours de Vivendi, coté à la Bourse de Paris, a chuté de 19,42% à 10,5 euros. Le groupe ne détient désormais plus que 10,13% du capital d'UMG.

La baisse de la valorisation du géant des médias était attendue, mais celui-ci va désormais devoir démontrer sa capacité à se passer de sa plus grosse filiale, et également la plus rentable.

Numéro un du secteur devant Sony et Warner, Universal représentait 92,6% du bénéfice net de Vivendi, soit 452 millions d'euros sur 488 millions, au premier semestre.

"Il est probable qu'Universal conserve sa place de leader mondial encore un moment", estime Isabelle Wekstein, avocate associée au cabinet WAN et spécialiste des concentrations des médias et du secteur de la production musicale.

- Leader mondial du divertissement musical -

Toutefois, certaines évolutions dans l'industrie pourraient petit à petit venir diminuer le poids des majors.

"La croissance des abonnés aux plateformes de streaming peut stagner, une concurrence peut émerger en Chine ou en Inde avec des tarifs d'abonnement moins élevés, et on voit que les artistes s'autoproduisent de plus en plus et n'utilisent les majors que pour des services ponctuels", liste l'avocate interrogée par l'AFP.

"L'entrée en Bourse d'aujourd'hui constitue une étape majeure dans l'histoire d'UMG, reflétant notre position en tant que leader mondial dans le divertissement musical et notre engagement profond aux côtés des artistes, des compositeurs et de nos partenaires", a déclaré son patron Lucian Grainge, cité dans le communiqué d'Euronext.

Plus tôt ce mois-ci, Daniel Kerven, analyste de JP Morgan, avait estimé que Warner Music Group était "sous-évalué et que Universal Music Group devrait se négocier avec une prime significative étant donné un meilleur parcours, une meilleure gouvernance et une gestion exemplaire".

bur-fs-pan-jub-mdz/ico/cco


 




 

Vos commentaires