Victime d'homophobie, Bilal Hassani porte plainte

Victime d'homophobie, Bilal Hassani porte plainte
Le chanteur et nouveau porte-drapeau de la France à l'Eurovision Bilal Hassani, à Paris le 28 janvier 2019Thomas SAMSON
Internet

Victime d'une campagne de haine homophobe en ligne, le chanteur et nouveau porte-drapeau de la France à l'Eurovision Bilal Hassani a porté plainte mardi devant la justice, a annoncé son avocat.

L'artiste de 19 ans porte plainte contre X pour "injures, provocation à la haine et à la violence et menaces homophobes", a expliqué Me Étienne Deshoulières.

Cette démarche, soutenue par les associations Stop Homophobie, Mousse et Urgence Homophobie, répond au déluge d'insultes et de menaces reçu sur Twitter par le chanteur queer, qui n'hésite pas à emprunter au vestiaire féminin tout en s'affirmant comme un homme.

Son look assumé, associant perruques, maquillage et rouge à lèvres, lui a valu "des milliers de tweets depuis qu'il est pressenti pour représenter la France à l'Eurovision", a dénoncé son avocat. Une campagne de haine qui s'est transformée en "avalanche depuis sa sélection" dimanche, grâce à sa chanson "Roi".

"On dois tué tous les pd du monde fdp et toi le premier", "Les pd et lestransexuel on les tue en islam honte à toi d'avoir bilal comme prenom", "Bilal Hassani nous fait honte en nous représentant ce pd, il mérite de mourir, on va le retrouver cette tafiole" (sic): la plainte comprend une liste non exhaustive des messages haineux adressés au jeune chanteur sur Twitter.

Des propos "inadmissibles", pour lesquels leurs auteurs "encourent jusqu'à 6 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende", rappelle Me Deshoulières.

La plainte du chanteur s'inscrit dans un sursaut initié depuis plusieurs mois par la communauté LGBT contre les agressions et les menaces dont elle est victime. Mi-janvier, 213 plaintes ont été déposées dans douze tribunaux pour des messages à caractère homophobe recensés principalement sur Twitter.

"Comme pour ces 200 plaintes, l'objectif de celle de Bilal Hassani, c'est de dire qu'on ne peut plus insulter, menacer, appeler au meurtre sur Internet sans que les associations de lutte contre l'homophobie réagissent", a détaillé son avocat. "Il faut que les personnes qui se croient protégés par l'anonymat derrière leur ordinateur soient inquiétées".

Malgré ces menaces, le jeune homme "reste fort", a assuré Me Deshoulières. "Il est tellement heureux d'être à l'Eurovision qu'il ne se laisse pas démonter par des propos haineux sur Internet."

Vos commentaires