En ce moment
 
 

Voyage sur le Mont Paektu, "Terre sainte" de Corée du Nord

A découvrir

Le récit officiel raconte que c'est là, sur cette montagne sacrée, dans l'inconfort d'une cabane rustique, qu'est né le père et prédécesseur du leader nord-coréen Kim Jong Un. La guide, enthousiaste, poursuit: "Bienvenue sur la Terre sainte de notre révolution".

Le régime nord-coréen est résolument athée, avec sa propre idéologie, le Juche, qui proclame que "l'homme est maître de toutes choses". Pourtant, les métaphores quasi-religieuses pullulent sur le Mont Paektu, volcan endormi à la frontière entre la Corée du Nord et la Chine.

La montagne est considérée comme le berceau du peuple coréen. Et à en croire l'histoire officielle nord-coréenne, c'est là que Kim Jong Il, fils et successeur du fondateur du régime Kim Il Sung, a vu le jour dans un camp secret de la guérilla que son père commandait contre l'occupant japonais.

Ce lieu de pélerinage voit chaque année défiler des dizaines de milliers de Nord-Coréens élevés dans le culte de leurs leaders.

Kim Jong Il "naquit dans des conditions difficiles", explique la guide Kim Un Sim. "Pas dans une maison luxueuse, mais dans une cabane faite de rondins de bois", alors que le mercure pouvait tomber à moins 40.

Sa mère Kim Jong Suk, qui appartient aussi au panthéon révolutionnaire nord-coréen, ne pouvait manger que de la soupe d'herbes séchées et de maïs, poursuit la guide.

- La Nativité -

"Les combattants de la guérilla pleuraient de pitié en voyant que notre général, qui n'avait que quelques mois, avait si peu à manger et lui rapportaient nourriture et lait de chèvre."

Avec l'étoile qui brilla, les présents de personnes bien intentionnées pour un enfant au destin hors norme, le récit évoque la Nativité.

Selon la guide, ce camp secret fut à partir de 1936 la base où Kim Il Sung organisa la résistance qui "réalisa finalement la libération historique du pays".

Jamais elle ne mentionne le rôle des bombardements atomiques américains de Hiroshima et Nagasaki dans la capitulation de Tokyo et la fin, en 1945, des 35 années de l'occupation japonaise.

Le Parti des travailleurs de Corée et la dynastie des Kim fondent leur légitimité à la tête du régime dans le rôle décisif de M. Kim lors de la lutte pour l'indépendance.

Le Mont Paektu est également le lieu de naissance légendaire du roi Tangun, petit-fils du Ciel et fondateur du premier royaume coréen.

Situer sur cette montagne la naissance de Kim Jong Il vient ancrer la dynastie des Kim dans cette tradition sacrée. Et pour le régime, Kim Jong Un, l'actuel leader, appartient par filiation à la "lignée Paektu".

- "Désir ardent" -

Pour les historiens étrangers, Kim Il Sung a en fait passé l'essentiel de la guerre en exil, combattant les forces japonaises dans la Chine occupée, puis commandant un bataillon soviétique.

L'administration soviétique situe la naissance de Kim Jong Il dans le village sibérien de Vyatskoye le 16 février 1941, un an avant la date avancée par Pyongyang.

Après guerre, le camp fut abandonné et colonisé par la forêt, selon la guide. Mais en 1986, Kim Il Sung reconnut les lieux et ordonna que trois cabanes soient érigées pour l'édification des masses.

"Tous les Nord-Coréens nourrissent le désir ardent de visiter le camp secret", ajoute-t-elle.

Chaque année, 100.000 Nord-Coréens ou plus viennent visiter le camp, la montagne et divers sites présentés comme des hauts-lieux de la résistance.

Vêtus d'uniformes kakis censés ressembler à ceux de la guérilla, ils marchent avec un drapeau rouge dans la main jusqu'au sommet où une inscription écrite à la main par Kim Jong Il présente le Mont Paektu comme "la montagne sacrée de la révolution".

Là, ils entonnent des chants patriotiques ou pagaient sur le lac du cratère.

- "L'Europe médiévale" -

Le pélerinage, qui prend deux ou trois jours pour ceux qui travaillent, peut se prolonger quatre semaines pour les étudiants, avec à la clé du volontariat sur des chantiers de construction ou dans d'autres projets.

"Tout le monde a besoin de piliers spirituels", estime Ri Yong Myong, 30 ans, qui étudie la littérature coréenne à la prestigieuse Université Kim Il Sung de Pyongyang, après avoir passé dix ans dans l'armée.

"Plutôt que la richesse ou les honneurs, les Coréens voient le Mont Paektu, montagne sacrée et montagne de nos grands leaders, comme un pilier spirituel."

Face aux médias étrangers, les Nord-Coréens interrogés dans la rue expriment toujours leur soutien total envers le régime.

Mais à en croire un responsable occidental très informé sur la Corée du Nord, la propagande irrigue tellement la vie des habitants que leurs convictions sont souvent profondément enracinées.

Il dresse un parallèle avec "l'Europe médiévale et le rôle de l’Église et de sa doctrine": "La plupart des Nord-Coréens n'ont aucune référence pour remettre en cause ce récit."

Vos commentaires