En ce moment
 
 

"Ça ne prend que 2 secondes", Touring lance une campagne contre les distractions au volant

(Belga) "Ça ne prend que 2 secondes"... de se mettre du rouge à lèvres, de boire un petit coup d'eau ou de rire avec les enfants assis à l'arrière de la voiture. La distraction au volant représente pourtant un réel danger, sur lequel Touring alerte en lançant mercredi une nouvelle campagne à l'occasion de la semaine de la mobilité. Organisée en collaboration avec la Fédération internationale de l'automobile (FIA), cette campagne est déclinée sous forme de films publiés en Europe sur les réseaux sociaux.

Danser sur de la musique, écrire un SMS ou embrasser quelqu'un au volant sont autant de comportements qui créent une distraction chez un conducteur. Or, celle-ci joue un rôle dans 5 à 25% des accidents, selon des chiffres des instituts pour la sécurité routière Vias et SWOV Nederland. Les conducteurs sont ainsi distraits pendant 25 à 30% du temps passé au volant. "La loi stipule clairement qu'il est interdit de téléphoner en conduisant mais, pour le reste, elle indique seulement que le conducteur doit toujours être capable de gérer son véhicule et ne pas mettre en danger ou gêner les autres usagers de la route", explique Touring. Cependant, ces comportements qui "ne prennent que deux secondes", comme le souligne le slogan de la campagne, augmentent "considérablement" le temps de réaction. "Les conducteurs ne roulent plus toujours très droit, démarrent trop tard lorsque le feu passe au vert...", illustre l'organisation de mobilité. Près d'un automobiliste sur deux (48%) lit encore un e-mail ou un SMS en roulant, d'après une étude de la Fondation flamande de la circulation, alors que le risque d'accident est 23 fois plus élevé lorsque l'on utilise son GSM au volant, selon Vias et SWOV Nederland. Outre la sensibilisation des usagers de la route, Touring estime qu'il faudrait infliger chaque année au moins 200.000 amendes ciblant ces petites distractions, contre 98.638 dressées en 2018. Elle plaide également pour la mise en place par les constructeurs automobiles de systèmes de blocage de certaines fonctions et applications du téléphone dès qu'un conducteur prend le volant. (Belga)

Vos commentaires