En ce moment
 
 

Espagne: 10 ans de prison pour avoir poussé un mineur au suicide sur WhatsApp

Espagne: 10 ans de prison pour avoir poussé un mineur au suicide sur WhatsApp
Un tribunal espagnol a condamné pour homicide à dix ans de prison un sexagénaire qui avait poussé au suicide un mineur rencontré sur internet à qui il avait adressé une centaine de messages sur Whats-
 
 

Un tribunal espagnol a condamné mardi pour homicide à dix ans de prison un homme de 60 ans qui avait poussé au suicide un mineur rencontré sur internet à qui il avait adressé une centaine de messages sur WhatsApp.

Le mineur, âgé de 17 ans, s'était suicidé le 1er décembre 2016 dans la région de Castellón, dans l'est de l'Espagne, en se jetant depuis son appartement dans la cour intérieure de son immeuble.

Selon les autorités judiciaires de la région, il avait été harcelé par l'accusé sur la messagerie WhatsApp. Les premiers messages étaient de nature sexuelle et faisaient allusion à une conversation antérieure.

Le jour de son décès, le sexagénaire lui avait "envoyé plus de 119 messages au contenu intimidant et menaçant en moins de trois heures", rapportent-elles dans un communiqué.

L'adolescent avait alors demandé à son interlocuteur de s'arrêter, en lui disant "qu'il était mineur" et en le prévenant "que s'il continuait ainsi, il allait se suicider", ajoute le communiqué.

Selon le jugement du tribunal de Castellón, dont l'AFP a obtenu copie, l'accusé était "pleinement conscient de l'angoisse et du malaise" de l'adolescent et de la "forte probabilité" qu'il se suicide.

Malgré cela, il a continué à lui envoyer des messages, qui ont rapidement pris un ton agressif, a souligné le tribunal.

Le sexagénaire a ainsi menacé de "publier" leur "conversation" antérieure et de le poursuivre en justice pour avoir accédé à un site pour adultes alors qu'il était mineur.

En plus de sa peine de prison, l'accusé - qui a la possibilité de faire appel - a été condamné à verser 173.000 euros de dommages et intérêts aux parents et au frère du défunt pour préjudice moral.


 

Vos commentaires