En ce moment
 

Jeux du Commonwealth: abandon d'un projet de récupération des données

Jeux du Commonwealth: abandon d'un projet de récupération des données
Enseigne lumineuse à l'entrée du siège de Facebook à Menlo Park, en Californie le 21 mars 2018. Le détournement de données d'utilisateurs a poussé les responsables des jeux du Commonwealth à renoncerJOSH EDELSON
sport, Internet, INFORMATIQUE

Un projet des autorités locales de récupérer les données des amateurs de sport qui assisteront aux prochains jeux du Commonwealth en Australie a été abandonné jeudi dans le contexte de la tourmente suscitée par le détournement de données d'utilisateurs de Facebook.

Le Conseil municipal de la Gold Coast, dans l'est de l'Australie, a installé des câbles à fibre optique afin d'offrir aux visiteurs une connexion wifi jusqu'à 10 fois plus rapide pendant les jeux, prévus du 4 au 15 avril.

Mais l'intention initiale était qu'en contrepartie, les visiteurs se logeraient via Facebook, permettant au Conseil de capturer des données afin de s'en servir pour de futures campagnes touristiques.

Cependant, du fait du scandale Facebook, la municipalité a revu sa copie.

Le réseau social est dans la tourmente aux Etats-Unis et en Europe après la révélation qu'une firme britannique, Cambridge Analytica, a récupéré à leur insu des données personnelles de 50 millions d'utilisateurs du site pour les utiliser à des fins politiques.

Le conseiller municipal Hermann Vorster a expliqué que le service serait modifié de façon à permettre aux gens d'accéder au wifi sans passer par Facebook.

"Le Pdg de Facebook a confirmé seulement aujourd'hui qu'il ne pouvait garantir la sécurité des usagers et sa gestion de la vie privée des gens", a-t-il dit dans un communiqué.

"Si Facebook ne peut garantir la sécurité de ses usagers, il vaut mieux que le Conseil applique le principe de précaution et retire cette disposition de son wifi gratuit. C'est ce que nous faisons dès maintenant".

Dans le scandale Facebook, les données ont été récupérées via une application de tests psychologiques téléchargée par 270.000 utilisateurs du réseau social. L'application a également accédé aux données des amis de ces utilisateurs, ce qui était alors possible.

Après un long silence, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg s'est dit "désolé" pour "un abus de confiance très important".

Vos commentaires