En ce moment
 
 

Le chinois Tencent en négociation pour entrer au capital d'Universal Music

INFORMATIQUE

Un an après avoir annoncé son intention de céder la moitié de sa filiale Universal Music Group, le groupe de médias français Vivendi a dévoilé mardi le nom d'un premier partenaire potentiel: le géant chinois Tencent, qui pourrait lui ouvrir plus grand les portes de nouveaux marchés.

Tencent pourrait investir jusqu'à 6 milliards d'euros pour prendre une participation dans la "major" du disque.

Des "négociations préliminaires" sont en effet entamées pour une première prise de participation de "10% du capital d'UMG", sur la base d'une valeur totale d'entreprise de 30 milliards d'euros, a détaillé Vivendi dans un communiqué, soit un apport de 3 milliards d'euros.

Mais le groupe chinois, déjà lié à Universal Music par des accords de distribution, aurait aussi "une option d'achat d'un an pour acquérir une participation supplémentaire de 10% au même prix et dans les mêmes conditions".

Universal Music fait partie des trois grandes "majors" qui dominent le marché mondial de la musique, aux côtés des américains Sony Music Entertainment et Warner Music Group.

Outre des valeurs sûres comme les Beatles, les Rolling Stones ou Andrea Bocelli, UMG a signé plusieurs artistes auréolés plus récemment de succès internationaux, tels que Rihanna, Justin Bieber, Drake ou Ariana Grande.

Dès juillet 2018, Vivendi avait annoncé son intention de céder jusqu'à 50% du capital d'UMG, disant alors rechercher "un ou plusieurs partenaires stratégiques". Des sources proches du dossier tablaient alors sur un accord avec un groupe technologique.

- Porte ouverte vers la Chine? -

Vivendi dit aussi étudier avec Tencent "différents domaines de coopération commerciale", pour notamment permettre à UMG de "bénéficier des opportunités de croissance qu'offrent la numérisation et l'ouverture de nouveaux marchés".

En plus de promouvoir les artistes déjà labellisés sur ces "nouveaux marchés", le groupe de Vincent Bolloré a l'ambition d'y "rechercher et promouvoir de nouveaux talents".

UMG a réalisé un chiffre d'affaires de 3,3 milliards d'euros au premier semestre de 2019, soit 44% de celui de l'ensemble du groupe Vivendi.

Mais ces revenus ne proviennent pour l'essentiel que d'une dizaine de pays, expliquait-on mardi de source proche du dossier.

De l'avis général, Tencent, déjà l'acteur dominant du streaming musical en Chine, serait ainsi un partenaire clef pour permettre à UMG d'accroître sa présence numérique et ses revenus dans un marché chinois en plein essor et plus largement dans les pays d'Asie.

La propre plate-forme de musique en ligne du géant chinois, Tencent Music, est entrée à la Bourse de New York en décembre 2018 - avec Vivendi parmi ses actionnaires.

- Interrogations du marché -

L'opération est encore soumise à un audit approfondi des comptes d'UMG par Tencent, de mise pour un tel investissement.

Mais l'annonce a été d'emblée saluée à la Bourse de Paris, l'action Vivendi clôturant mardi en hausse de 3,96% (24,93 euros) après avoir bondi de plus de 7% en séance.

"Même si le marché attend plus de détails, la valorisation d'Universal à 30 milliards est particulièrement bien perçue, c'est une estimation assez haute par rapport aux anticipations", selon Andrea Tuéni, analyste de Saxo Banque interrogé par l'AFP.

Selon un autre analyste interrogé par l'AFP sous couvert d'anonymat, le consensus s'était établi dernièrement à 25-26 milliards d'euros. Mais d'autres évaluations allaient jusqu'à évoquer un montant entre 30 et 40 milliards d'euros.

Ainsi, "la valorisation annoncée (...) reste inférieure à la partie supérieure de la fourchette" plus ambitieuse avancée par certains, indique à l'AFP Thomas Singlehurst, analyste de Citygroup.

Autre motif de réserve: "La participation initiale de 10% est un peu inférieure à ce qui était attendu, même si la participation supplémentaire est exercée", a-t-il ajouté.

Vivendi doit désormais trouver d'autres investisseurs, financiers ou stratégiques, pour les parts restantes de la participation d'UMG qu'il entend céder.

Le groupe français a indiqué mardi poursuivre cette recherche "d'autres partenaires potentiels", et, selon plusieurs sources, la valorisation à 30 milliards devrait faire référence.

Tencent, dirigé par le multimilliardaire Ma Huateng, est un mastodonte actif dans les jeux vidéos (en particulier sur mobile), sa principale activité, mais c'est également l'opérateur de la messagerie mobile multifonctions WeChat omniprésente en Chine et d'un système de paiement en ligne.

Or, soucieux de muscler son offre de contenus numériques et de plus en plus présent dans la production cinématographique, Tencent multiplie tous azimuts ses investissements en Occident pour diversifier ses activités de divertissement.

Vos commentaires