En ce moment
 
 

Les tests de Mathieu: à quoi sert un VPN, quelles sont ses limites et combien ça coûte ?

Les tests de Mathieu: à quoi sert un VPN, quelles sont ses limites et combien ça coûte ?
 
Les tests de Mathieu
 

Les services et applications VPN sont de plus en plus nombreux. Ils vous promettent un anonymat complet sur internet, mais à quoi peuvent-ils bien servir d'autre ? J'en ai essayé un pendant un petit mois et voici mon avis.

Vous avez certainement déjà aperçu de la publicité pour un VPN en traînant sur internet. On vous promet "d'être complètement anonyme" pour plus de sécurité lorsque vous consultez des sites web, quels qu'ils soient.

VPN signifie Virtual Private Network. Il s'agit d'une application (a priori pour un ordinateur, une tablette ou un smartphone) qui crée un réseau privé virtuel. En d'autres termes, elle fait croire que vous êtes connecté à un autre serveur internet, et pas à celui par lequel votre trafic internet passe réellement (d'abord les serveurs de Proximus ou Voo, typiquement, si vous êtes à la maison, puis d'autres nœuds de communication).

Le monde professionnel utilise depuis longtemps les VPN. Moi, par exemple, quand je télétravaille et que je dois accéder à certains programmes, je me connecte au réseau de RTL via un VPN. Mon ordinateur pense alors que je suis au bureau, sur le réseau de RTL, et accède à certains serveurs/applications internes.

Depuis quelques années, cependant, des entreprises actives dans la technologie VPN vantent les mérites de leurs systèmes auprès des particuliers.

Pour quelles raisons devriez-vous utiliser un VPN ?

On parle beaucoup d'anonymat (ou plutôt de son absence) lorsqu'on est connecté, qu'on visite une page web ou qu'on utilise une application qui elle-même se connecte. Si vous voulez éviter ça, quelle que soit votre raison, activer un VPN rendra le trafic de données (internet) de et vers votre machine connectée encrypté. Personne, a priori, ne pourra savoir ce que vous faites. Pour être complètement anonyme, cependant, c'est-à-dire pour que le site que vous consultez ne puisse pas vous identifier, il faut coupler ce VPN à une session de "navigation privée" sur votre navigateur. Sinon, ce site pourrait accéder à vos cookies qui contiennent des informations personnelles.

L'autre intérêt d'un VPN, c'est de faire croire que vous vous situez dans un autre pays. En effet, un site web ou une application sait, même sans vous le demander, dans quelle région du monde vous vous trouvez, car le trafic internet passe par des 'nœuds de réseau' situés non loin de chez vous. Et comme certains services, certaines applications, ne fonctionnent pas dans certains pays, il est possible, théoriquement, de contourner cette limitation grâce au VPN (dans la pratique, cependant, ce n'est pas aussi simple, voir plus bas).

Comment ça marche ?

Une application VPN sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone redirige votre trafic internet  vers des serveurs VPN spécialement configurés, qui cachent votre adresse IP et cryptent les données qui sont envoyées ou reçues. "C'est comme une lettre postale: quand vous en écrivez une, généralement vous la glissez dans une enveloppe pour en cacher le contenu au facteur, par exemple", m'a expliqué Daniel Markuson, qui travaille chez NordVPN, un des acteurs les plus connus du marché.

Ces serveurs sont effectivement gérés et configurés par des entreprises commerciales qui vendent donc leurs services, généralement sous forme d'abonnement mensuel ou annuel. Elles doivent également développer des solutions logicielles pour améliorer et sécuriser davantage leurs services, et proposer certaines options supplémentaires.

Généralement, des lenteurs peuvent se faire ressentir, car votre connexion est délocalisée, parfois sur des serveurs distants de milliers de kilomètres. Ça dépend de votre fournisseur de solution VPN (il en existe des dizaines, parfois en partie gratuites mais souvent payantes, et la qualité est très variable). Une application comme NordVPN dispose de 5.111 serveurs répartis dans 62 pays, donc en théorie vous pouvez surfer de manière anonyme à la même vitesse que si vous ne passiez pas par un VPN (il y a un serveur en Belgique, par exemple, donc je n'ai pas remarqué de grosse chute de vitesse lors de mes tests, je suis passé de 100 Mbps à 70 Mbps sur mon smartphone) :

Sachez que l'usage du VPN est parfaitement légal dans la majorité des pays. Mais si vous êtes dans des pays qui n'aiment pas trop l'idée d'un internet libre et ouvert au monde (en l'occurrence, d'après NordVpn,  "en Chine, en Russie, en Iran, aux Emirats Arabes Unis, à Oman, en Turquie, en Irak, au Turkmenistan, au Belarus, en Corée du Nord ou en Ouganda"), l'usage d'un VPN est restreint ou interdit, et si vous vous faites attraper, vous risquez des ennuis. Sachez également que certains pays peuvent mettre en place un pare-feu (firewall) qui permet de savoir qu'un utilisateur est en train de d'utiliser en VPN, car les paquets de données qu'il reçoit et envoie sont encryptés. Ce qui au final, si le gouvernement décide de mettre les moyens, peut lui permettre de remonter jusqu'à l'utilisateur.

Des limites

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, j'ai essayé trois choses avec le logiciel de NordVPN, qui est l'un des plus populaires: profiter d'un catalogue Netflix différent, m'abonner à Disney Plus (alors que le service n'est pas encore disponible en Belgique, mais bien en Allemagne, par exemple), et télécharger une application pour smartphone indisponible en Belgique.

Rien de tout ça n'a fonctionné ! Je me suis mis sur un serveur des USA et l'application Netflix (via site web ou via appli Windows) m'a donné un message d'erreur: 'Netflix Site Error, impossible d'accéder à votre requête'. Mon navigateur était pourtant en "navigation privée", donc le site de Netflix ne pouvait pas savoir que j'avais déjà un compte. Il est donc capable de déceler un trafic anormal :

Je me suis abonné à Disney Plus en allant sur un serveur allemand de NordVPN, et la dernière étape du processus d'inscription a planté (juste après le prélèvement de 1€ sur ma carte de crédit).

Enfin, sur un smartphone, je me suis connecté à un serveur français pour essayer de télécharger Mario Kart (interdit en Belgique), mais la boutique Google s'en fiche, elle sait que mon compte est Belge et ne change pas son magasin d'application même si je suis virtuellement en France.

Bref, vous voyez les limites des VPN, car les entreprises apprennent visiblement à contourner ce qui est possible de faire avec un tel système. L'usage principal que vous pourriez en faire, au jour le jour, c'est de surfer de manière anonyme et pratiquement intraçable sur internet, quelles que soient vos raisons. 

Quel prix ?

Au niveau des prix et des formules d'abonnement, il y a en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Difficile d'essayer tous les services VPN, il en existe de nombreux. Chez NordVPN, par exemple, c'est 10€ par mois si vous ne souscrivez qu'à un mois d'abonnement. Puis c'est dégressif. Exemple: 3 ans = 111€ = 3€/mois.

Il existe des comparateurs mais méfiez-vous, souvent le média est rétribué si vous cliquez sur l'offre… Le plus prudent est sans doute de trouver une formule d'essai gratuite, puis de voir si ça vaut la peine de payer pour aller plus loin.

 




 

Vos commentaires