En ce moment
 
 

Les tests de Mathieu: Oppo et… Microsoft se lancent dans le smartphone pliable, que valent la Surface Duo et le Find N ?

Les tests de Mathieu: Oppo et… Microsoft se lancent dans le smartphone pliable, que valent la Surface Duo et le Find N ?
 
Les tests de Mathieu
 

Pour environ 1.600 euros, vous pouvez vous offrir une autre vision du smartphone pliable, concurrente à celle de Samsung. Le Find N Oppo adopte le même format, mais la Surface Duo 2 de Microsoft propose quelque chose de différent.

Le smartphone pliable et accessible au grand public est depuis quelques années la chasse gardée de Samsung (et de Huawei dans une moindre mesure, car ça coince toujours au niveau du logiciel). Le géant sud-coréen de l'électronique en est déjà à la 3e version de son Fold et la 2e de son Flip, je vous en ai déjà parlé.

Mais visiblement, un autre mastodonte du smartphone sous Android, le chinois Oppo, travaillait lui aussi depuis quelques années sur un produit identique. J'ai pu essayer le Find N, qui a un format similaire au Fold de Samsung: c'est un smartphone qu'on peut transformer en tablette en l'ouvrant. Il n'est cependant pas destiné au marché européen actuellement. De son côté, Microsoft a peaufiné sa Surface Duo et commercialise la version 2 en Belgique pour la première fois. Que valent-ils ? Pas de fiche technique dans cet article (elles oscillent entre moyennes et bonnes), mais une réflexion sur l'intérêt de tels objets. 


 

Oppo Find N: un peu plus pratique à utiliser que le Fold

On connait bien Oppo en Belgique pour ses séries Reno et Find X, qui font partie des meilleurs smartphones sous Android du marché, avec un bon rapport qualité-prix. Au fil des ans, les ambitions d'Oppo grandissent, et s'il veut jouer des coudes avec l'inévitable Samsung, il doit lui aussi montrer de quoi il est capable. Et actuellement, ça passe par des formats innovants, qui représentent peut-être l'avenir: les écrans pliables.

Le Find N (environ 1.600 dollars) a un format assez mignon, plus compact et plus facile à manipuler que le Fold de Samsung. Pour une raison toute simple: il est moins grand, moins allongé, moins étroit (13,6 x 7,3 cm). Dès lors, le premier écran, celui qui est accessible quand l'appareil est fermé, a un format normal (18:9) et une diagonale de 5,49 pouces. L'appareil est certes très épais dans cette position fermée (1,6 cm), mais il peut tout à fait convenir à une utilisation régulière.

Au niveau technique, Oppo utilise une charnière qui semble assez complexe mais bien résistante. La sensation est bonne, la finition soignée. L'écran n'a pas l'aspect 'plastique mou' que pouvait proposer Samsung dans ses premières générations de Fold. Mais surtout, Oppo est parvenu à éviter le petit écart entre les deux parties du smartphone fermé, qu'on retrouve chez Samsung. L'impression de solidité est renforcée, le produit paraît plus cohérent dans son architecture matérielle :

Ouvert, l'intérêt est moins évident

Bien entendu, si on craque pour un tel appareil à environ 1.600 dollars, c'est parce qu’on peut le déplier. Et là aussi, la magie opère. L'application qu'on utilisait en format 'fermé' est transférée sur le grand écran presque carré et d'une diagonale de 7,1 pouces. Regarder des vidéos, lire des articles, tout devient plus grand et parfois plus lisible. 

Mais le logiciel n'est clairement pas le point fort du Find N. Non destiné au marché européen, il n'intègre par les services de Google: pas de Play Store pour les applications, pas d'applications Google. J'ai transféré mes applis d'un ancien téléphone Oppo vers le Find N. Celle de RTL info, par exemple, ne s'ouvre pas en plein écran mais sur une zone verticale centrée. Idem pour de nombreuses autres applications, mais pas pour Twitter ou Gmail, par exemple, ni forcément pour les applications de Oppo (paramètres, galerie, appareil photo, etc) :

Bref, au niveau logiciel, Samsung garde une belle avance sur le format pliable, avec davantage de souplesse et d'intelligence dans la gestion des fenêtres et du multitâche. On peut cependant, avec l'Oppo Find N, mettre deux fenêtres d'application côte à côte (RTL info et Gmail dans l'exemple ci-dessous). L'entreprise chinoise parle bien d'un FlexForm Mode, mais avec certaines applications uniquement ; malgré tout, vu le déséquilibre engendré par la protubérance du module photo, maintenir et utiliser le smartphone en position 'ordi portable' est assez problématique, dans un sens comme dans l'autre. 

Microsoft Surface Duo 2 (1.599€): un pas plus loin, très audacieux

Les rapports de Microsoft avec le téléphone sont assez laborieux. Les plus de 30 ans se souviennent de la catastrophe Windows Phone lors du rachat de Nokia: des milliards de dollars perdus en tentant de concurrencer Android et iOS.

Depuis lors, l'entreprise américaine, qui reste un mastodonte au niveau du logiciel (Windows, Office et tous les services aux entreprises) et du jeu vidéo (tout l'univers Xbox), a noué des liens étroits avec Android. Tout d'abord en rendant ses nombreuses applications le plus compatible possible, mais aussi, dernièrement, en osant fabriquer un appareil Microsoft tournant sous un logiciel Google: la Surface Duo.

La Duo 2 (meilleure fiche technique que la V1) que j'ai pu essayer n'est pas un smartphone dont l'écran est pliable. C'est cependant un smartphone pliable, donc il a retenu toute mon attention et mérite d'être comparé aux autres. Vous l'avez compris, ce très grand smartphone (replié: 14,5 x 9,2 x 1,1 cm) est composé de deux beaux (et très fins !) écrans qui peuvent être refermés l'un sur l'autre, comme un livre. Il est donc impossible d'utiliser la Surface Duo 2 si elle n'est pas ouverte - on pourra juste apercevoir l'heure et certaines notifications au niveau de la charnière :



 

 
 

Un ordinateur de poche ?

Ce concept en fait un appareil très encombrant, complètement inutilisable à une main. Il s'agit davantage d'un petit ordinateur sous Android. Microsoft pousse la productivité du smartphone un cran plus loin, car contrairement à l'Oppo Find N, la Surface Duo 2 peut parfaitement être utilisée déposée sur une table, avec un écran incliné en mode 'ordi portable'. Ecrire un email dans l'application Gmail, rédiger un document avec Word: c'est parfaitement possible. Il faudra cependant provoquer cette transition: en 'soulevant' l'application (geste du bas de l'écran vers le haut, on affiche toutes les fenêtres ouvertes), on peut faire un drag & drop de l'appli vers la charnière. Gmail s'affiche alors sur les deux écrans et si on rédige un message en mode portrait (veillez à ce que le basculement des affichages soit automatique), on obtient alors l'effet 'portable'. Avec des petites mains et un peu d'entraînement, ça doit être presque pratique à utiliser.

Bien entendu, pour le jeu vidéo et la lecture de vidéo, la Surface Duo 2 n'a aucun intérêt en mode plein écran. Pour utiliser un seul écran, il faut alors replier les écrans dans le sens inverse de la fermeture. Malgré le déséquilibre inévitable engendré par l'ilot de capteurs photo, ça reste possible. Bon, ce n'est pas la meilleure ergonomie du monde, cependant, et la navigation dans les applications et parfois chaotique, même à deux mains.

Au niveau logiciel, il y a encore une belle marge de progression. J'ai constaté plusieurs bugs d'affichage sur l'un ou l'autre écran, et quelques applications (dont RTL info et RTL Play) sont en erreur constante, impossible de les maintenir ouvertes. Des bugs qui pourront sans doute être corrigés lors de prochaines mises à jour, mais ils prouvent que Microsoft doit encore peaufiner sa formule inédite pour toucher un grand public. Belle idée, cependant: Microsoft a prévu des raccourcis pour lancer deux application côte à côte simultanément. De quoi gagner du temps dans l'organisation de ses fenêtres :

Conclusions: 2022, année du smartphone pliable ?

Alors non, clairement... On est encore loin de voir des smartphones pliables dans toutes les mains. Les propositions de Samsung, qui a quelques années d'avance, deviennent plus accessibles (tant au niveau de la facilité d'utilisation que du prix, surtout pour le Flip). Et celles d'Oppo et Microsoft, qui sont davantage des prototypes que des appareils grand public, prouvent qu'il y a d'autres manières d'envisager la chose, avec plus ou moins de succès.

Mais actuellement, avec tout ce que j'ai pu essayer, quand je fais la balance entre les avantages et les inconvénients des smartphones pliables, la colonne des 'moins' est davantage remplie (surtout au niveau de l'encombrement et de la facilité d'utilisation quotidienne). A moins d'avoir une utilisation très particulière d'un smartphone (au niveau de la productivité ou de l'envie d'un grand espace d'affichage du format carré), ce n'est pas encore pour tout le monde…

D'autres photos de l'Oppo Find N :


 
 
 
 

 
 
 
 
 

D'autres photos de la Microsoft Surface Duo 2 :


 
 
 
 
 


 

 




 

Vos commentaires