En ce moment
 
 

Pliable, holographique... à quoi ressemblera le gsm de demain?

Pour téléphoner bien sûr, mais aussi, surtout, pour envoyer des messages, prendre des photos, payer... En quelques années, le smartphone est devenu quasiment indispensable, presque le prolongement de la main pour les plus accros. Qui se posent déjà cette question : à quoi ressemblera le gsm de demain ? Matthieu Tamigniau, journaliste RTL INFO spécialiste des nouvelles technologies, nous donne quelques réponses.

 

Le téléphone pliable - taux de probabilité : élevé

C’est la dernière nouveauté en date, qui s'inscrit dans une tendance de plus en plus affirmée. Les GSM du futur deviennent de plus en plus flexibles et légers.

"Certains fabricants sont aussi capables de fabriquer des écrans qui s'enroulent donc on pourrait imaginer un smartphone qui s'enroule sur lui-même mais le concept reste le même. On aura toujours besoin d'un écran sur lequel on appuiera mais c'est sa forme qui va changer. On pourra alors imaginer, par exemple, un smartphone que l'on plie en quatre avant de le ranger dans sa poche."

Le téléphone à hologramme - taux de probabilité : faible

Autre idée sur laquelle travaillent déjà certains concepteurs de téléphones portables : la projection holographique. L’image de votre interlocuteur qui sort de l’écran quand vous l’appelez. Un vieux rêve des films de science-fiction, qui pourrait bien devenir réalité. Seul obstacle : le coût. Pour que cette technologie voie le jour, il faut qu'elle soit rentable pour les fabricants. 

"On imagine une technologie comme étant futuriste et on l'imagine géniale et puis on se rend compte que, même si on pouvait avoir un smartphone avec un hologramme qui fait apparaître la personne... en fin de compte, l'intérêt est très limité et il faudrait que les fabricants travaillent dessus pendant des années, voire des dizaines d'années !"

Le téléphone... dans la peau - taux de probabilité : moyen

Comme nous sommes de plus en plus attachés à nos téléphones, certains ont poussé l'idée jusqu'au bout : intégrer l'appareil à notre corps ! 

"Les Chinois sont très enclins à essayer ce genre de chose, ce n'est pas inimaginable que, d'ici cinq à dix ans on puisse faire communiquer le cerveau avec un mini-ordinateur qui serait implanté dans le corps."

Un cauchemar pour certain, un rêve pour d'autres.

Vos commentaires