En ce moment
 
 

Test Sonos Roam: une enceinte ultraportable qui adorera rester chez vous

Les tests de Mathieu: Sonos se met à l’enceinte ultraportable, et il pense à tout
 
Les tests de Mathieu
 

A 179€, la nouvelle petite enceinte de Sonos n’est pas la moins chère, mais elle a de solides arguments. A commencer par la possibilité de se connecter elle-même, via le Wi-Fi, à toutes vos sources musicales, comme tous les appareils du pionnier américain.

Depuis toujours, Sonos parvient à tenir à distance la concurrence de plus en féroce (surtout au niveau des prix) sur “son” marché, celui des enceintes, plus particulièrement des enceintes réseau. Pour la petite histoire, c’est l’entreprise américaine qui a popularisé le concept du multiroom et des enceintes connectées il y a de nombreuses années. 

La grande force de Sonos réside dans la bonne qualité du son (cependant, même des petits fabricants parviennent désormais à sortir un son raisonnable à moindres frais), mais surtout dans l'écosystème logiciel qui gravite autour. Il a “inventé” l’intégration des assistants vocaux, et a même récemment ajouté un service de radios dans l’application Sonos qui permet de contrôler la musique dans toute la maison.

L’entreprise continue de diversifier son portfolio avec l’enceinte la plus petite et la plus transportable qu’il ait jamais développé : la Roam. Il avait réussi à garder le secret entier jusqu’à son lancement, le mois dernier. A 179€, si on met de côté les collaborations de Sonos avec Ikea (qui ont moins de fonctionnalités), la Roam est également l’enceinte la moins chère du fabricant californien. J’ai passé quelques jours avec et voici mon verdict. 


Malgré sa taille, elle envoie du son

La Sonos Roam est un prisme à base triangulaire d’une taille ridiculement petite pour une enceinte connectée: 16,8 cm de hauteur, environ 6 cm de côté. Pour vous donner une idée, c’est un peu plus petit que la JBL Flip 5 et que la UE Boom 3. Pourtant la Roam intègre l’électronique Sonos, un bon son, une connexion Bluetooth et Wi-Fi, et la charge sans fil. D’un point de vue technique, c’est déjà une prouesse. 

Pour beaucoup, l’essentiel quand on miniaturise un enceinte, c’est de trouver l’équilibre entre la compacité et la qualité du son. Comme vous l’imaginez, si Sonos sort un produit, c’est qu’il a coché toutes les cases. Et effectivement, tenant compte de son encombrement, la Roam est peut-être ce qui se fait de mieux aujourd’hui. Bien entendu, les basses sont limitées, mais c’est de la physique. Il y a deux amplificateurs spécialement étudiés pour ce format inédit, un tweeter pour les sons aigus et un mid-woofer pour les médiums et les basses. Si vous ne poussez pas le son trop fort, vous pouvez écouter tous les styles de musique et trouver votre bonheur, à l’intérieur comme à l’extérieur. Car la Roam est équipée du calibrage automatique Trueplay, qui lui permet d’adapter l’égaliseur sonore aux conditions d’environnement forcément changeantes avec une telle enceinte portable. 

Une autonomie raisonnable… si on pense à la désactiver

En créant ses enceintes nomades (avant la Roam, il existait l’imposante Move), Sonos a été obligé de complexifier un peu sa connectique, limitée auparavant au Wi-Fi ou au câble réseau, deux technologies qui ne riment pas du tout avec “portable”. 

Effectivement, la Roam doit pouvoir s’intégrer dans un système Sonos existant au sein d’une habitation (en Wi-Fi), tout en pouvant switcher sur le Bluetooth dès qu’on quitte son foyer. Problème: s’il est logique qu’une enceinte Bluetooth se mette en veille après quelques minutes d’inactivité, ce n’est pas le cas pour une enceinte réseau au sein d’une maison. Avant que je comprenne que je devais mettre moi-même la Roam en veille chez moi (en appuyant brièvement sur le bouton à l’arrière), j’ai remarqué que la batterie se vidait en 24h, même sans diffuser de musique. Logique: sur batterie, la Roam, qui reste connectée en Wi-Fi pour être disponible à tout moment et reprendre le morceau pile là où vous l’aviez arrêté, se décharge rapidement.

Raison pour laquelle Sonos a prévu un accessoire qui sera vite indispensable si vous envisagez un usage mixte ‘Wi-Fi à la maison’ et ‘Bluetooth en plein air’: le socle de recharge sans fil, discret (il est de la même forme que la base triangulaire) et aimanté. Idéal pour en faire une enceinte de tous les jours dans une petite pièce (cuisine, chambre), qu’on peut emporter facilement avec soi lors d’une promenade. Il coûte 49€. 

Notez que si vous gérez bien la mise en veille, la Sonos peut diffuser 10 heures de musique en utilisation normale avant de devoir être branchée à une prise, ou déposée sur son socle :

Quelques options inédites

Elle peut donc diffuser la musique du téléphone (en Bluetooth) ou aller directement chercher ce que vous lui direz de diffuser (en Wi-Fi, via les assistants vocaux, l’application Sonos ou l’application Spotify, par exemple). Mais ce n’est pas tout. Sonos pense à tout. 

Imaginons que vous écoutez de la musique sur la Roam dans le jardin, et que vous décidiez de rentrer dans le salon où se trouve une enceinte Sonos ‘normale’. Il suffit d’appuyer 2 secondes sur le bouton Play/Pause et la musique est transférée par magie. Elle se coupe sur le Roam, se lance sur l’autre enceinte Sonos. Bien vu. 

La Roam peut se tenir à la verticale, mais également à l’horizontale (il y a quatre petits pieds très discrets en caoutchouc. Elle résiste au choc car elle est protégée par ce caoutchouc aux bons endroits, et elle résiste à l’eau avec sa certification IP 67 (30 minutes sous 1 mètre d’eau !).  

Conclusion

A 179 euros, la Sonos Roam n’est pas la moins chère des enceintes (très) portables. Mais la qualité du son qu’elle offre, si on tient compte de son très faible encombrement, est excellente. 

Mais ce qui la différence surtout de la concurrence, c’est que la Roam est aussi une enceinte réseau, soutenue par le meilleur logiciel dans le domaine, celui que Sonos peaufine au fil des ans pour une maison où il y a de plus en plus de raisons d’installer des enceintes du fabricant américain dans toutes les pièces. Barre de son pour la TV (Sonos Beam), enceinte discrète, élégante et résistante pour la cuisine (Sonos One), gros son (Sonos Five ou Sub), il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

Et sans aucun doute, si vous possédez déjà des appareils Sonos chez vous, la Roam est une évidence. 

 




 

Vos commentaires