En ce moment
 

Vous avez peur du vol de données privées via votre smartphone? Voici quelques conseils pour vous protéger

Nous sommes très nombreux à télécharger des applications, mais elles demandent souvent d'être géolocalisé ou de partager certaines informations privées. Ce qui inquiète plus de la moitié des Belges, d'après une étude récente.

"J’aime pas, je sais ce qu’ils font avec les données, ils font de l’argent. On sait jamais ce qu’ils vont faire après avec les données", a confié un jeune homme à notre journaliste.

"Je fais attention, j’essaye de pas toujours autoriser quand une application me demande une autorisation", explique un autre. "Ce que j’utilise, c’est à des fins privées et bien précises. J’ai rien à cacher donc non, je suis pas particulièrement tracassée par ce fait-là", indique une autre personne.

Un vrai risque pour le respect de la vie privée

Un public partagé, pourtant, les smartphones sont dans toutes les mains, avec toujours plus d’applications. Lors de leur installation, la plupart demandent de nombreuses autorisations. Résultat : 83 pourcent des applications Android ont accès à des données sensibles. Un vrai risque pour le respect de la vie privée des utilisateurs.

"Il y a clairement la notion de marketing, mais il y a évidemment une série d’infos par rapport à notre localisation, nos habitudes, contacts. Toutes choses partagées avec personnes qui n’auront pas des bonnes intentions à votre égard", explique Olivier Bogaert, commissaire à la Computer Crime Unit de la police fédérale.

Chaque utilisateur peut empêcher cet accès

Une pratique bel et bien réelle, mais pas inéluctable. Chaque utilisateur peut empêcher cet accès en étant vigilant au moment du téléchargement. 

"Une fois qu’on a téléchargé l’application, il faut vérifier les autorisations qu’elle demande. Il faut qu’il y ait un lien entre l’autorisation et l’usage. Une app qui se sert de votre géolocalisation, c’est nécessaire pour commander un taxi, ce n’est pas nécessaire pour un jeu vidéo", précise Mathieu Tamigniau, notre journaliste spécialisé en nouvelles technologies.

24 pourcent des Belges sondés avouent donner les autorisations sans lire. Là aussi, des solutions existent : il suffit de modifier les paramètres des applications déjà téléchargées. Dernier conseil : vérifier ces paramètres après chaque mise à jour.

Vos commentaires