En ce moment
 
 

Devrait-on traquer les empreintes carbones du ministre de l'environnement? Alain Maron répond (vidéo)

Alain Maron, Ministre bruxellois de la Transition climatique, de l'Environnement, de l'Energie et de la Démocratie participative , était "L'Invité" de notre présentateur Pascal Vrebos ce dimanche sur RTL-TVI.

Pascal Vrebos revient sur un point d'actualité qui avait suscité beaucoup de questionnements: la quantité de CO2 émise en 4 ans par le nouveau ministre de l'Environnement du gouvernement bruxellois , Alain Maron.

Il lui pose donc la question suivante:"Le blogueur, Marcel Sel, a recensé tous vos voyages d’avions en 4 ans: 18 tonnes de CO2 en 4 ans et la DH a titré "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais". Etes-vous choqué que votre vie privée soit désormais publique et qu’on traque votre empreinte carbone ou bien quand on est ministre écolo, on doit vivre autrement ?", interroge le journaliste.

Alain Maron est affirmatif. Vivre autrement est essentiel bien qu'il reconnait qu'il lui reste encore beaucoup d'efforts à réaliser. "Je pense qu’on doit vivre autrement. Je ne suis pas quelqu’un de parfait. J’essaie d’être en adéquation dans ma vie privée avec mes valeurs. J’ai mon permis depuis mes 18 ans, je n’ai jamais eu de voiture. Je suis cycliste quotidien à Bruxelles depuis plus de 20 ans, c’est mon mode de déplacement. Au moins 80% de mes déplacements comme ministre, je les fais à vélo. Parce que je pense que c’est important pour la qualité de l’air, pour les embouteillages, etc. Alors c’est vrai que je ne suis pas quelqu’un de parfait. J’ai une marge d’amélioration", reconnait le Ministre.

Ce à quoi Pascal Verbos rétorque: "Mais vos tonnes de CO2, vous culpabilisez ou vous vous dites "mais qu’on me fiche la paix" ?"

Alain Maron ne culpabilise pas pour autant. "Je ne culpabilise pas. Je trouve que c’est un petit peu déplorable qu’on ait comme ça regarder dans la vie privé des uns et des autres. Néanmoins on a un devoir d’exemplarité. Je vais d’abord rendre des comptes sur mon action publique, c’est-à-dire tout ce qu’on va faire en termes d’exemplarité au niveau de mon cabinet, au niveau du gouvernement bruxellois, ça c’est pour moi l’essentiel. Maintenant d’être cohérent dans sa vie privée, je pense que c’est un objectif pour tout en chacun. C’est un objectif pour moi aussi avec sans doute des marges d’améliorations".

Vos commentaires