En ce moment
 

Bientôt une prescription médicale avant d'aller chez l'ostéo? "Si j'ai mal au dos, j'ai envie que ce soit résolu le plus vite possible"

Faudra-t-il bientôt une prescription médicale pour consulter un ostéopathe ? La ministre de la Santé, Maggie De Block, envisage de réviser la loi qui encadre l'ostéopathie, et cette nouvelle disposition est à l'étude. Mais rien n'a encore été décidé. Martin Vachiery et Dominique Schockaert ont rencontré des professionnels pour le RTLINFO 13H.

Pour Nathalie, comme pour de nombreux Belges, c’est un réflexe habituel. En cas de douleurs aux articulations, à la nuque ou au dos, elle se rend chez l’ostéo. Mais la ministre de la Santé souhaite modifier la loi qui régit la pratique de l’ostéopathie. Parmi les pistes évoquées : la visite obligatoire chez un médecin généraliste avant de consulter un ostéopathe. Cette idée ne fait pas l'unanimité dans la profession "Pourquoi instituer une prescription médicale, qui serait une perte de temps pour le patient, qui coûterait évidemment cher à la sécurité sociale. Le travail avec les médecins spécialistes, avec les généralistes, se passe souvent en très bonne collaboration, donc je pense que c'est une peu un courant d'arrière-garde", réagit Jean Ruwet, Président de l’Union belge des Ostéopathes.


"Si j'ai mal au dos, j'ai envie que ce soit résolu le plus vite possible"

Forcément, la patiente ne va pas contredire son ostéopathe devant lui, mais pour elle c’est surtout une question pratique. "Si j'ai mal au dos, j'ai envie que ce soit résolu le plus vite possible, donc si je dois d'abord prendre rendez-vous chez un médecin avant qu'il puisse me donner mon rendez-vous, je vais aller chez le médecin, je vais payer une consultation, il va ensuite me dire que je vais pouvoir aller chez l'ostéo, donc je vais devoir de nouveau téléphoner, reprendre rendez-vous, repayer une consultation, donc pour moi c'est une perte de temps et d'argent", explique-t-elle au micro de notre journaliste. 


"Nos étudiants connaissent les limites de leur art"

Depuis 1999, l’ostéopathie est reconnue comme une pratique non conventionnelle de la médecine. Pour ce professeur, la formation garantit le sérieux, de la profession. "La formation se fait avec la collaboration de la faculté de médecine, de sorte que tous nos étudiants connaissent les limites de leur art et de réorienter le patient lorsque celui-ci ne présente pas une pathologie qui resort de l'ostéopathie", explique Yves Lepers, Professeur honoraire en ostéopathie à l’ULB.

Enfin, pour l’Ordre des Médecins, il n’est pas nécessaire d’avoir une prescription médicale pour consulter un ostéopathe, mais la visite chez un médecin généraliste doit rester prioritaire, dans tous les cas.

Vos commentaires