En ce moment
 
 

Comment bien se faire dépister d'un cancer de la peau? Des toutes nouvelles technologies jouent un rôle crucial, voici comment cela se passe

 
 

Aujourd’hui, 4 cancers diagnostiqués sur 10 sont des cancers de la peau. C’est le cancer qui connait la plus forte augmentation. Le dépistage joue un rôle crucial, notamment pour contrer l’évolution des mélanomes. Les médecins peuvent s’appuyer sur des technologies de dépistage de plus en plus pointues. Reportage à l’hôpital Erasme.

Diego Zeijlstra, un patient à risque, a une centaine de grains beauté répartis sur l’ensemble du corps. Tous les 6 mois, il se soumet à une véritable cartographie pour voir si des tâches apparaissent ou évoluent. Un examen qui lui a permis de se faire diagnostiquer un mélanome débutant. "Dans le cadre des examens, y en a un qui a été diagnostiqué très précocement, et donc on l’a enlevé. Ça arrive de temps en temps qu’on doive m’en enlever un quand il est considéré comme potentiellement à risque", explique-t-il.

Ce dépistage précoce lui a permis d’éviter de subir un traitement et de développer des métastases. En matière de cancer de la peau, les technologies de dépistage sont de plus en plus pointues. "L’œil du clinicien reste très important, parce qu'effectivement, parfois, on le repère simplement à l’œil nu. Mais maintenant, effectivement, on s’est équipé de loupe, de machines qui mémorisent et de machines qui voient à travers (comme on a vu tout à l’heure) et des machines qui peuvent voir au niveau cellulaire si on voit des cellules qui sont inquiétantes", explique Veronique Del Marmol, chef de service de la dermatologie à l'hôpital Erasme. 

Cette machine, la voici. Elle permet de voir sous la peau, sans passer par la chirurgie :

"Ici on a une lésion sur le front dont on n’avait pas le diagnostic. Et grâce à cette machine qui permet une biopsie virtuelle, on a directement un diagnostic qui s’affiche sur l’écran et on peut décider de la prise en charge chirurgicale ou pas", détaille Gwendoline Diet, docteur assistance en dermatologie.

Pour approfondir sa connaissance des cancers de la peau, le professeur Del Marmol collabore depuis une quinzaine d’années avec le chercheur Cedric Blanpain, une sommité dans la recherche des cellules souches cancéreuses. Il rencontre pour la première fois le patient qui a participé à l'une de ses récentes études, publiée dans une revue scientifique à la renommée internationale.

"Je suis évidemment très heureux de participer à une revue aussi prestigieuse, même si comme tout un chacun, elle est trop prestigieuse pour moi, il faut que je me la fasse expliquer. Si je veux la comprendre", dit Guy Fries, le participant. Dans le cadre de cette étude, Guy, atteint de plusieurs carcinomes basocellulaires, a accepté d’interrompre son traitement pour permettre au chercheur de mieux comprendre le phénomène de récidive.

"En étudiant ces patients de manière très détaillée, on a pu découvrir de manière très précise, la raison pour laquelle ces cancers récidivaient. Et de pouvoir trouver une association nouvelle de médicaments qui permettait d'éviter la récidive", explique Cédric Blanpain, directeur du laboratoire de cellules souches et du cancer.

La recherche sur l’apparition des cancers de la peau a fait d’énorme progrès ces dix dernières années. Les scientifiques mettent tout en œuvre pour trouver de nouvelles voix thérapeutiques.

La 33e édition du Télévie: comment faire un don ?

Pour rappel, cette année le centre de promesses démarre une semaine avant la soirée de clôture qui aura lieu samedi prochain, soit le 18 septembre au Wex à Marche-en-Famenne. Pour joindre le centre de promesses qui sera ouvert toute la semaine de 8h à 21h, il suffit de composer le numéro gratuit 0800/98 800.

Il est également possible de réaliser une promesse de don sur le site "televie.be". Ou par sms: faites le 8000 puis encodez votre numéro de compte, puis un espace, puis le montant choisi. Une déduction fiscale est possible à partir de 40€ de don. 

Rappelons que la moitié des fonds de la recherche contre le cancer en Belgique francophone proviennent du Télévie. 209.545.154 euros récoltés et donnés à la recherche depuis 1989. Plus de 200 chercheurs sont financés par le Télévie. Chaque année, 70.000 personnes apprennent qu’elles ont un cancer.


 




 

Vos commentaires