En ce moment
 

Connaissez-vous les 3 étapes essentielles pour porter secours à une personne en malaise cardiaque?

En Belgique, 76% des habitants n'ont jamais suivi une formation en réanimation et 47% se sentent incapable d'intervenir en cas d'arrêt cardiaque. Une remise à niveau était dispensée ce matin en gare de Bruxelles-Midi. Reportage de Margaux Guyot et Steve Damant.

Un passant allongé dans la gare du midi. L’homme fait un arrêt cardiaque. Heureusement, il ne s’agit que d’une mise en scène. Le but est d’apprendre aux navetteurs les gestes qui sauvent, comme poser correctement les sondes d’un défibrillateur public.

Trois étapes sont essentielles pour porter secours à une personne en malaise cardiaque. D’abord, appeler le 112 pour leur expliquer la situation. Ensuite, commencer un massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours. Enfin, se servir d’un défibrillateur public s’il y en a un à proximité.

Mais poser ces gestes de base ne va pas toujours de soi. "Je ne suis pas trop à l’aise mais j’essaierai quand même de les réanimer", confie un homme qui a peur de faire le mauvais mouvement. "Dans ces cas-là, on ne se pose pas trop de questions, on n’a pas le choix il faut le faire", estime une dame. 


"Les gens n’osent pas intervenir parce qu’ils ne savent pas comment"

Le mot d’ordre : oser sauver et ne pas rester spectateur. Après un arrêt cardiaque chaque minute qui passe sans massage ou choc électrique diminue les chances de survie de 10%. En Belgique, moins de 30% des gens sont capables de poser ces gestes.

"Le problème c’est que les gens n’osent pas intervenir parce qu’ils ne savent pas comment. Ils ont peur de faire mal. Nous on veut rééduquer les gens à la base de la base de la réanimation", raconte Mieke Melis, responsable action de sensibilisation. "S’ils commencent à appeler le 112 ou à masser, c’est déjà gagner", ajoute-t-elle.

Les formatrices ont d’ailleurs un dernier conseil : pour un massage cardiaque réussi, masser au rythme de Staying Alive des Bee Gees.

Vos commentaires