En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: quelle différence entre les tests anticorps et antigéniques? Attention au "faux sentiment de sécurité"

 
CORONAVIRUS
 

Lors de la conférence de presse de ce lundi 30 novembre, Yves Van Laethem a réexpliqué de manière claire quels étaient les 2 types de tests rapides utilisés.

Le 1er type va détecter les anticorps (au niveau du sang) et le second les antigènes (prélèvement respiratoire). Les anticorps sont produits par notre système immunitaires lorsque nous sommes en contact avec le Covid.

"Si vous avez des anticorps dans votre sang, cela signifie qu'un jour, 7 à 14 jours au plus tôt et éventuellement des mois avant, vous avez été en contact avec le virus et que votre corps a réagi en produisant des anticorps", a rappelé le porte-parole interfédéral.

Ce qui signifie que si on vient juste d'attraper le virus, le système immunitaire n'a pas encore eu le temps de réagir et le test peut alors s'avérer négatif. Ce test n'a donc pas beaucoup de sens concernant une infection présente. S'il est positif, cela veut juste dire que "vous avez, un jour, rencontré le virus en question".

Un test négatif ne veut rien dire par rapport au fait d'être porteur ou pas maintenant du virus. On peut très bien être contaminé et ne pas encore avoir réagi au niveau immunitaire.

Attention au "faux sentiment de sécurité'

Le test antigénique va lui montrer que le virus ou des morceaux de virus sont présents. Avec un test positif et des symptômes, c'est le moment où vous êtes extrêmement contagieux. C'est à ce moment qu'il faut se mettre en isolement.

Mais ces tests ne sont positifs que s'il y a beaucoup de virus et pas s'il y en a un peu. Au début de la maladie, si vous venez d'attraper la maladie mais que vous n'avez pas encore de symptômes, vous avez du virus, vous pouvez le transmettre mais le test risque d'être négatif car il n'y a pas encore assez de microbes que pour qu'il soit détecté.

"C'est embêtant car cela vous donne un faux sentiment de sécurité. Le microbe est déjà présent et est en train de se multiplier et vous risquez de contaminer en toute bonne foi, croyant que vous êtes négatif". C'est durant les jours où on a tous les symptômes que le virus sera détecté le plus facilement. "C'est extrêmement important à comprendre", a rappelé Yves Van Laethem, car un test négatif ne veut pas forcément dire que vous n'avez pas le virus et que vous n'êtes pas contagieux.

Les tests PCR

Viennent ensuite les tests PCR qui sont plus complexes mais beaucoup plus sensibles. Ceux-ci peuvent quant à eux détecter le virus en toute petite quantité : ils sont "plusieurs centaines de fois à 1.000 fois plus sensibles", explique le porte-parole.

Même lorsqu'il n'y a qu'une toute petite quantité de virus, au tout début de l'infection avant de développer les symptômes, et à la fin quand il n'en reste quelques traces, un test peut encore être positif. "Il peut rester positif pendant des semaines, si pas parfois pendant un à deux mois".

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce lundi 30 novembre ?


 

 




 

Vos commentaires