En ce moment
 
 

Coronavirus - Les infirmiers en colère contre Maggie De Block: voici la réaction de la ministre de la santé

 
CORONAVIRUS

Maggie De Block, la ministre fédérale de la santé, était l’invitée de Christophe Deborsu aujourd’hui dans l’émission "C’est pas tous les jours dimanche".

Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, Maggie De Block essuie de nombreuses critiques. Après la saga des masques, ce sont désormais les infirmiers qui sont en colère suite à la publication de deux arrêtés royaux. Le premier prévoit que les infirmiers soient “réquisitionnés” en cas de pénurie de main d’œuvre. Inutile et vexant, estime le personnel soignant. L’autre texte de loi précise que du personnel non-qualifié pourra poser des actes médicaux à la place des infirmiers. 

"Je ne comprends pas les infirmiers"

"Il faut lire ces deux arrêtés ensemble. Des kinésithérapeutes qui ont une formation médicale par exemple pourront aussi être réquisitionnés pour aider justement les aides-soignants et les infirmiers dans les hôpitaux", réagit d’emblée la ministre fédérale de la santé.

> CORONAVIRUS: les dernières infos

"C’est pour éviter une situation comme on a eu dans les régions où il n’y avait plus assez de personnel médical dans les maisons de repos. Du coup, c’était l’armée qui a aidé. Mais notre armée ne peut pas aller dans tous nos hôpitaux au cas où nous aurions une deuxième vague encore plus importante et que nous savons que le personnel médical est maintenant parfois épuisé ou malade. C’est donc pour les aider, c'est dans leur intérêt. Alors moi, je ne comprends pas cette interprétation", confie Maggie De Block.

Comptez-vous démissionner ? "Non"

Via Facebook, beaucoup de personnes lui demandent également si elle peut être elle-même réquisitionnée en tant que médecin pour épauler le personnel soignant sur le terrain. "Je travaille jour et nuit... Je veux bien. Moi, je n’ai pas de problème d’être réquisitionnée. On faisait ça à l’époque. Quand j’étais étudiante, quand il y a eu le drame du Heysel, on nous a demandés d’aider et je l’ai fait", assure la libérale. 

Enfin, Maggie De Block répond de manière directe à ceux qui réclament sa démission. "C’est leur opinion, on a le droit de s’exprimer dans ce pays", soulève la ministre en précisant qu’elle n’a pas l’intention de quitter son poste.

Vous avez des questions pratiques sur le coronavirus ou une mesure du (dé-)confinement? Vous pouvez :

 

 

Vos commentaires