En ce moment
 
 

Coronavirus - Vacciner les plus démunis, moins onéreux que les profits de dix sociétés pharmaceutiques

 
CORONAVIRUS
 

(Belga) Vacciner contre le coronavirus la moitié la plus pauvre de l'humanité, soit 3,7 milliards de personnes, engendrerait un prix inférieur aux profits engrangés par les dix plus grandes compagnies pharmaceutiques en quatre mois, signale Oxfam dans un communiqué de presse jeudi. L'association plaide pour "une coopération mondiale sans précédent pour produire un vaccin à un prix universellement abordable".

La Fondation Gates a évalué que l'achat et l'administration d'un vaccin sûr et efficace aux personnes les plus pauvres du monde coûterait 25 milliards de dollars, observe l'ONG. Or l'année dernière, "les 10 plus grandes entreprises pharmaceutiques ont engrangé 89 milliards de dollars de bénéfices, soit un peu moins de 30 milliards de dollars en moyenne tous les quatre mois", constate Oxfam. "Il serait donc indécent de ne pas garantir la disponibilité d'un vaccin gratuit pour tous", en déduit Jose Maria Vera, directeur général intérimaire d'Oxfam International. Toutefois, l'association met en garde que les pays riches et les grandes sociétés pharmaceutiques "motivés par des intérêts nationaux ou privés", pourraient "empêcher ou retarder" l'accès des personnes vulnérables à un vaccin, notamment dans les pays en développement. "L'UE a proposé la mise en commun volontaire des brevets associés aux vaccins, aux traitements et aux tests de dépistage du coronavirus. Si cette mesure devenait obligatoire dans le monde entier, elle garantirait à l'ensemble des pays de pouvoir produire ou importer des versions à faible coût de tous les vaccins, traitements et tests disponibles", soutient Oxfam. L'association déplore par contre que des documents fuités indiquent que l'administration du président américain Donald Trump tente en revanche de supprimer toutes les références à la mise en commun des brevets et de les remplacer par des formules beaucoup plus fermes qui garantiraient le respect des brevets de l'industrie pharmaceutique. "Ainsi, les entreprises pharmaceutiques bénéficieraient du droit exclusif de produire les vaccins, les traitements et les tests qu'elles mettent au point, et d'en établir également les prix, même si leurs activités de recherche et développement ont été financées par l'argent des contribuables", s'inquiète Oxfam. "Les vaccins, les tests et les traitements devraient être distribués en fonction des besoins et non pas vendus au plus offrant. Nous avons besoin de vaccins, de traitements et de tests sûrs et non brevetés qui peuvent être produits en quantité massive dans le monde entier, et d'un plan équitable et clairement défini pour assurer leur distribution", plaide M. Jose Maria Vera. Il en appelle aux gouvernements qui "doivent s'affranchir des règles en vigueur et donner priorité à la santé de toutes les populations du monde, plutôt qu'aux brevets et aux bénéfices des compagnies pharmaceutiques" (Belga)

 




 

Vos commentaires