Des chercheurs belges font une découverte majeure dans la lutte contre le surpoids: un complément alimentaire est en développement

Des chercheurs belges et néerlandais ont fait une découverte majeure dans la lutte contre l'obésité. Leur trouvaille devrait leur permettre de développer un complément nutritionnel pour prévenir certains facteurs de risque liés à la maladie. Le produit pourrait être accessible d'ici trois ans. Nos journalistes Nathanaël Pauly et Guillaume Wils ont interrogé les scientifiques.

C'est une bactérie qui est à l’origine de cette avancée scientifique. L’Akkermansia, c’est son nom, est naturellement présente dans notre intestin. Le professeur Cani et son équipe l’étudient depuis 10 ans. Des recherches aboutissent aujourd’hui à des découvertes prometteuses. "La quantité de cette bactérie varie en fonction de la situation. J'entends par exemple l'obésité ou le diabète de type 2. Pour faire simple, on a observé que la bactérie était moins présente dans l'intestin des personnes en surpoids ou obèses, ou moins présente chez les personnes qui présentent un diabète de type 2", explique Patrice Cani, professeur à l'UCL et chercheur FNRS-WELBIO.


Administrer la bactérie pour aider les personnes en surpoids ou diabétique


Les personnes obèses ou diabétiques manquent donc de cette bactérie, aux effets pourtant bénéfiques pour l’organisme. Grâce à cette découverte, les chercheurs pourraient rétablir un certain équilibre et réduire les facteurs de risque pour la santé. "Le fait que les sujets obèses et diabétiques du type 2 aient moins de cette bactérie dans l'intestin s'associe à des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. Plus de cholestérol, plus de sucre dans le sang. En administrant cette bactérie, on espère maintenir un niveau de santé correct", indique Patrice Cani.


Un complément alimentaire peut-être d'ici trois ans

En créant une structure commune, une spin-off, les chercheurs veulent désormais rendre accessible le fruit de leur travail. D’ici trois ans, ils souhaitent mettre sur le marché un complément alimentaire, à base de cette bactérie. "Si, en s'occupant de soi et de sa santé sur le long terme on améliore sa vie, on peut dire que ça concourt à sauver des vies, mais on ne peut pas dire ça de manière directe", précise Jean-Christophe Malrieu, directeur général d'A-Mansia.

13 millions d’euros ont été levés pour ce projet. Si cette bactérie peut réduire les risques pour la santé, ce n’est pas pour autant un remède miracle pour perdre du poids. En Belgique, 1 personne sur 3 est en surpoids, 1 sur 7 est obèse.

Vos commentaires