En ce moment
 
 

Etude: un cancer du sein coûte toujours plusieurs milliers d'euros aux patientes

 
 

Le cancer du sein engendre des frais encore trop importants pour les patientes, alors qu'une femme sur neuf en Belgique y sera confrontée avant ses 75 ans, révèle une étude de la mutualité Solidaris, publiée lundi. Le pays compte le taux d'incidence le plus élevé au monde.

Solidaris a mené une vaste étude concernant les dépenses de santé de 2.629 de ses affiliées ayant débuté un traitement contre un cancer du sein en 2014. Ce volet a ensuite été complété par une enquête réalisée auprès de 300 femmes ayant ou ayant eu un cancer du sein. Selon les données récoltées, le total des dépenses de santé s'élève pour les patientes à près de 2.000 euros en moyenne la première année de la maladie, "soit presque quatre fois plus que l'année précédente", souligne Solidaris dans son communiqué de presse. Pour 5% d'entre elles, cela peut monter à 6.750 euros. "Sans notre système de Sécurité sociale et l'intervention de l'assurance maladie, les montants à charge des patientes seraient respectivement de 19.000 et 54.000 euros."

Ces coûts viennent du fait qu'une série de frais ne sont pas remboursés, ou insuffisamment, comme les prothèses capillaires, des médicaments, les vêtements adaptés, les soins psychologiques..., pointe Solidaris. "Une femme sur quatre éprouve ainsi des difficultés à payer les factures liées au cancer du sein."

D'autres problèmes identifiés

Les témoignages recueillis mettent aussi en lumière l'impact de la maladie sur le quotidien des patientes. Notamment les problèmes de santé liés au traitement (pertes de mémoire, fatigue, douleurs articulaires,...), qui font qu'une femme sur deux se sent limitée dans ses activités quotidiennes.

En outre, quatre femmes sur 10 sont en dépression "modérée à sévère" et une femme sur trois se dit insatisfaite de sa vie. La solitude, l'incompréhension, la gêne dans les relations et leur vie sexuelle, les effets secondaires invisibles sont autant d'inconvénients partagés par les participantes à l'enquête.

Par ailleurs, sept femmes sur 10 sont en incapacité de travail l'année du début du traitement et près d'une sur deux est en invalidité par la suite. "Elles se sentent même souvent pénalisées par leur employeur et/ou leurs collègues. Sans compter la diminution des revenus suite à l'incapacité de travail alors qu'en parallèle les dépenses de santé augmentent de manière exponentielle."

Appel à revoir le plan cancer

Il existe bien un "plan cancer", rappelle la mutualité, mais il date de 2008 et ses actions "sont surtout axées sur la prévention et le dépistage, la prise en charge médicale, la réhabilitation ou encore la recherche et l'innovation". Solidaris propose de le mettre à jour avec quatre recommandations: informer et sensibiliser sur la maladie pour changer les mentalités et le regard, accompagner les femmes en veillant à leur bien-être, lever les difficultés financières et faciliter autant que possible la reprise du travail. La mutualité conseille enfin aux femmes de suivre les recommandations en matière de prévention, de s'adresser au service social de leur mutuelle ou de se renseigner au préalable concernant les coûts pour éviter les mauvaises surprises.


 




 

Vos commentaires