En ce moment
 
 

Francine n'irait jamais voir un médecin sans avoir d'abord fait des recherches sur internet: qu'en pensent les docteurs?

 
 

Internet fêtera ses 30 ans le 13 mars. L'outil a pris une place énorme dans la société, notamment dans le domaine de la santé. Pour la prendre en main, de plus en plus de personnes vont chercher des infos sur le net, et s’intéressent plus activement à leur santé. Mais il y a aussi certaines dérives, comme l’autodiagnostic ou l’automédication.

Vous avez mal à la tête ? Internet peut vous aider, ou vous persuader que vous allez bientôt mourir. Jamais Francine n'ira voir un médecin sans avoir au préalable analysé son propre cas sur internet. "En fait ils ne savent pas trop… La médecine n'est pas une science exacte, donc ils ne peuvent pas tout savoir non plus, et c'est pour ça aussi que je m'intéresse un peu, de mon côté", confie-t-elle.

Grâce à des sites spécialisés et des forums, elle a elle-même déterminé la cause de ses acouphènes: "J'ai eu les acouphènes à l'arrêt d'un somnifère, et tout s'est déclenché à ce moment-là. J'ai trouvé grâce à internet".


"Il y a vraiment ce côté échange qui a été renforcé"

De plus en plus de patients viennent chez le médecin avec un diagnostic déjà établi et le nom du médicament qu'il faut leur prescrire. Pas suffisant pour déstabiliser la profession. Eric Brohon, directeur médical du CHR de Verviers, explique : "Des patients qui sortent de chez le médecin et qui ne vont pas à la pharmacie chercher le médicament, ça a toujours existé, ce qui est peut-être plus facile maintenant, c'est que le patient exprime peut-être plus ce genre de données en disant au médecin, j'ai vu ça sur internet, qu'est-ce que vous en pensez… Donc il y a vraiment ce côté échange qui a été renforcé, et plutôt de manière extrêmement positive".


Quand on a peur, on devient plus "éponge"

Avant d'aller confronter leur recherche à propos d'un symptôme aux connaissances du médecin, certains se font peur sur internet. "Quand on est en situation délicate et fragilisée, parce que justement, on a peur d'avoir quelque chose, ou que son enfant ait quelque chose, ou qu'on vient de découvrir quelque chose, on est encore plus éponge", explique Chris Paulis, anthropologue à l'ULiège.

Nombreux sites médicaux ne sont pas fiables, sur les forums, les suggestions d'automédication sont parfois surprenantes. "Je me souviens de la période du SIDA, des gens disaient qu'on pouvait guérir simplement en étant au milieu d'un cercle de prière ou en buvant beaucoup d'eau. Au niveau médical, c'est vraiment très dangereux", estime l'anthropologue.


"Il ne faut pas non plus être stupide"

"Il ne faut pas non plus être stupide, il ne faut pas croire tout ce qu'on vous dit non plus, mais à partir du moment où vous avez bien fait le tri, vous pouvez trouver des solutions", estime Francine.

Entre médecins et patients, les infos du web, c'est finalement plutôt une bonne chose. Utilisé avec modération et sans rompre le lien…




 

Vos commentaires