En ce moment
 
 

FAKE NEWS: comment ne plus vous faire piéger? Voici les conseils d’un expert (vidéo)

FAKE NEWS: comment ne plus vous faire piéger? Voici les conseils d’un expert
© RTLINFO
 
 

Spécialiste des fake news, Julien Giry répond aux questions relatives aux fausses informations qui circulent sur l'épidémie de coronavirus Covid-19.

Chaque jour, depuis le début de la crise du coronavirus, nous recevons des mails et des demandes de téléspectateurs via le bouton orange Alertez-nous. Vous êtes nombreux à être confrontés à des rumeurs ou des fausses informations à propos du virus. Nous les avons d'ailleurs compilés dans un article.

Julien Giry, chercheur et docteur en science politique à l'université de Rennes, a donné quelques conseils pour éviter de se faire piéger par les fake news sur le plateau du RTLINFO Bienvenue. 

Les personnes à l'origine de ces fake news prennent du temps pour faire un photomontage et un faux article (comme ci-dessous) pour donner une fausse information. Ca veut dire quoi?

Ca veut dire beaucoup de choses. La première chose est qu'on est véritablement à une époque de défiance structurelle où finalement la parole publique, la parole politique, la parole des médias dominants est largement remise en cause et contournée. Ca veut dire une deuxième chose... Ça veut dire qu'on est dans un système... Un système de désinformation conscient volontaire à des fins recherchées. Je crois que c'est ça vraiment l'essentiel à comprendre si on parle de ce que sont les fake news. Ce sont des fausses nouvelles sciemment créées par des opérateurs économiques ou politiques afin d'en retirer des gains. Ca peut être des gains purement financiers. Ce qu'on appelle parfois des "fermes à clics" ou dans langage un peu plus châtié des "putes à clics" parfois simplement pour faire des clics et générer de l'argent.


 
Mais ici dans ce cas-ci, cette fake news est bien faite et on y croirait. Des gens prennent du temps pour le faire...

Absolument. C'est l'essentiel même de la fake news, c'est qu' elle a l'air vraie. Elle peut paraître vraisemblable, elle semble vraie en tout cas elle fait sens dans un univers de perception. C'est pour ça que l'on est tous tenté pour diverses raisons de croire en la véracité de ces informations qui, je le répète, sont sciemment conçues pour tromper le public quelque part, c'est l'essence même de la fake news de tromper le public.

Comment faire pour enrayer les fake news et les rumeurs ?

C'est extrêmement difficile parce que la rumeur, contrairement à la fake news par définition, peut être vrai. Donc, dans ces cas-là, eh bien, c'est un peu difficile de lutter contre. La chose à dire, c'est que ces rumeurs et ces fake news, malheureusement, je crois qu' il faut apprendre à vivre avec. Elles font un peu partie de l'économie numérique, du système numérique. Elles répondent aussi à un besoin social... celui de combler un vide, de donner du sens à une situation, elles rassurent symboliquement. 

Dans le cas du coronavirus, on est véritablement là-dedans. Il y a plus de questions que de réponses et c'est quelque part rassurant d'apporter des explications qui semblent plausibles même si elles sont fausses a posteriori. C'est un petit peu la nature humaine qui veut cela. Au-delà évidemment de la question économique.

Comment faire pour ne pas se faire piéger ?

Il y a quelques conseils élémentaires que tout un chacun peut mettre en place. C'est de multiplier les sources d'information, à la fois les types de supports, les types de contenus d'un point de vue de la ligne éditoriale, du point de vue politique, etc. Véritablement vérifier l'information, recouper l'information et mettre en place une véritable démarche critique, une démarche de doute. Ne pas simplement critiquer le média "mainstream, dominant", critiquons aussi les sites de désinformation voire de ré-information qui pullulent sur Internet, et dont il faut se méfier absolument. Le fact checking et les process qui existent aujourd'hui et qui sont mis en place par les différents médias, journaux, presse écrite, télévision, etc. 




 

Vos commentaires