En ce moment
 
 

L'épidémie de bronchiolite touche les plus petits avec 3 mois de RETARD: le phénomène inquiète, comment l'expliquer?

 
 

Un autre virus sévit en ce moment chez nous, celui de la bronchiolite. Cette maladie respiratoire touche les jeunes enfants. L'épidémie apparaît avec trois mois de retard et sature les services de réanimation pédiatrique dans les hôpitaux.

"Cela déborde de partout. Toutes les réanimations du pays sont pleines ou quasi pleines", explique Jean Papadopoulos, chef du service de réanimation pédiatrique du Groupe Jolimont. Ici, trois petits patients sur six sont soignés pour une bronchiolite, une pathologie grave pour les moins de six semaines. La situation est semblable à un mois de décembre. La maladie est très contagieuse, courante et saisonnière, liée à un virus typiquement hivernal et non printanier. Pourquoi ce décalage ? "C'est une question qu'on se pose. Il y a deux possibilités, soit c'est le Covid qui a modifié le cycle des virus et a décalé l'épidémie de bronchiolite. Ou alors, les mesures sont moins bien respectées et le virus s'est mis à se répandre."

"Cela risque de saturer partout"

La survenue tardive des bronchiolites inquiète alors que les hospitalisations Covid augmentent. Deux vagues qui se mêlent risquent de mettre à mal l'organisation et l'entraide avec un autre service tout aussi capital. "Il va falloir en tenir compte. Nous les patients, c'est clair qu'on ne saura plus en prendre en charge, en tout cas dans le service de réanimation pédiatrique. On ne saura plus se déplacer nous-mêmes pour aller aider dans les unités Covid. Et on ne pourra plus non plus déplacer notre personnel infirmier ou paramédical pour donner un coup de main, qui était tout de même très nécessaire pendant les deux premières vagues. Il faut tout de même faire très attention parce que sur cette vague, ce sont des patients beaucoup plus jeunes, qui vont rester plus longtemps dans le service de réanimation, cela risque de saturer partout."

Avec ce pic au mois d'avril, la bronchiolite pourrait se prolonger jusqu'au mois de mai.




 

Vos commentaires