En ce moment
 
 

L'épilepsie, une maladie dont on parle peu: "Il y a des prédispositions génétiques, et des cicatrices dans le cerveau"

L'épilepsie, une maladie dont on parle peu:

Ce vendredi, penchons sur une maladie dont on parle peu, car elle inquiète beaucoup: l'épilepsie.

"On considère que l'épilepsie concerne une personne sur 150, soit environ 70.000 personnes en Belgique", a expliqué Pascal Vrielynck, le président de la Ligue francophone contre l'épilepsie, dans le RTL info Bienvenue. "Il n'y a pas plus d'épileptiques qu'auparavant, mais on en parle plus".

Il faut savoir que "pour les deux-tiers des patients, qui prennent leur médicament, ça reste une maladie qu'on ne voit pas, ils n'ont jamais de crise". Le dernier tiers de patients "ont des crises imprévisibles, de temps à autre, ce qui limite assez fortement leur autonomie".

Plusieurs degrés d'épilepsie

Il y a différents types d'épilepsie. "Des crises très spectaculaires: on perd connaissance, on a des convulsions, c'est la plus impressionnante. Mais ce n'est pas la plus fréquente. Ce sont les crises plus légères qui arrivent le plus souvent: les absences, quand la personne perd le contact avec l'environnement, pendant souvent moins d'une minute".

Qu'est-ce qui provoque ces crises ?

"Il y a des prédispositions génétiques, mais également des causes à aller chercher du côté d'une lésion cérébrale, une cicatrice dans le cerveau".

La Ligue tient une conférence ouverte à tous samedi 8 février à Namur (voir les infos).

Vos commentaires