En ce moment
 
 

La quantité de fluor que nous consommons est-elle adaptée?

 
 

Jean Nève, président du Conseil supérieur de la santé, était l'invité du RTL INFO Bienvenue. Il répondait aux questions de notre journaliste Olivier Schoonejans. 

Les recommandations du Conseil supérieur de la santé ont évolué. Pouvez-vous les détailler ?

Le message le plus important est d’utiliser les dentifrices fluorés pour prévenir la carie dentaire, et dieu sait si elle fait des dégâts puisqu’elle atteint 95% de la population durant son existence. Le nouveau message c’est qu’il ne faut pas utiliser n’importe quel dentifrice fluoré et pas en n’importe quelle quantité. Entre zéro et deux ans, on recommande un dentifrice à 1000 PPM de fluor. C’est une unité de concentration qui est un peu spéciale mais facile à découvrir. On l’utilise à raison de la taille d’un grain de riz sur la brosse à dents, donc c’est pas beaucoup."

Entre deux et six ans, on utilise toujours ces dentifrices à 1000 PPM mais on utilise la taille d’un petit pois. Donc c’est un peu plus gros, c’est le double d’un grain de riz. Et enfin, pour les plus de six ans, y compris les adultes, là on passe à un dentifrice plus concentré : 1450 PPM de fluorure. Et on peut l’utiliser sur toute la surface de la brosse à dents. Étant entendu, que l’on recommande de se brosser les dents au moins deux fois par jour.

Pour savoir si la brosse à dents que l’on achète a la bonne quantité de fluors, c’est sur la boîte ? Où est-ce que l’on trouve ça ?

C’est un peu une de nos revendications aussi, c’est que ce soit bien indiqué et contrôlé. Normalement c’est indiqué mais c’est pas toujours facile à voir puisque c’est écrit en tout petit. Il faut une paire de lunettes ultra grossissante. 1000 PPM, 1450, ce sont les deux valeurs qu’il faut essayer de repérer. Et à condition que ces valeurs soient bien contrôlées, une association de consommateurs a montré par exemple que les concentrations étaient extrêmement variables, ne correspondaient pas à ce qui était marqué sur l’étiquette. Donc, nous plaidons pour plus de rigueur auprès des fabricants de dentifrice.

Qu’est-ce qui justifie que les recommandations ont évolué ? Qu’est-ce qu’il y a de nouveau qui fait que finalement ces recommandations changent ?

La science évolue, les données auprès des populations évoluent. Le fluor, on en parle depuis 40 à 50 ans. Mais à cette période on utilisait surtout des comprimés de fluor (…) A l’heure actuelle, peut abandonner cette voie d’administration et nous ne recommandons que les dentifrices. Les dentifrices sont vraiment la forme la plus efficace, la moins dangereuse, si on les utilise bien, pour prévenir les carries. Maintenant c’est vraiment la suprématie des dentifrices fluorés et tout le reste devient accessoire.

Le fluor, c’est l’élément du dentifrice qui va éviter les carries ?

C’est cela, donc c’est un élément qu’on trouve dans la nature. On en consomme extrêmement peu, c’est ça le problème. On en consomme dans les autres boissons, dans les eaux minérales, dans le thé. Mais les quantités qu’on consomme sont généralement insuffisantes pour offrir cette protection et donc c’est pour ça qu’on recommande des extra en fluor. Et par rapport à ça, si on en prend trop, c’est pas bon non plus, c’est toxique. Non, ça c’est justement le problème, c’est que trop de fluor cause la fluorose. C’est-à-dire une atteinte des dents. Les dents deviennent colorées, fragiles ou alors une atteinte des os, une fluorose osseuse (…)


 




 

Vos commentaires