En ce moment
 
 

Lara dénonce des effets indésirables du stérilet Mirena, comme des centaines d'autres Belges: "C'est une catastrophe"

 

Un peu moins de 500 plaintes ont été déposées contre le stérilet Mirena à l'agence du médicament en Belgique. Plusieurs femmes dénoncent des effets indésirables de ce contraceptif. Comme des douleurs abdominales ou des migraines. Une enquête sanitaire a été lancée à l'échelle européenne.

Il s'achète en pharmacie depuis près de 20 ans. Le stérilet Mirena est indiqué comme contraceptif ou pour traiter des règles trop abondantes mais depuis quelques mois les plaintes contre ses effets secondaires augmentent. Lara a 23 ans et en a fait l'expérience.

"On nous prévient qu'on aura des douleurs comme les douleurs menstruelles mais un peu plus fortes pendant 2-3 heures mais ça ne s'arrête pas vraiment. Cela a duré tout le temps durant lequel j'ai gardé mon stérilet avec des migraines, douleurs au niveau de la poitrine et de mamelons. Cela donne des sautes d'humeur, c'est une catastrophe", explique-t-elle.

Après s'être documentée sur Internet, Lara demande le retrait du stérilet Mirena à son gynécologue. Aujourd'hui, elle est retournée à la pilule contraceptive.


"Rien ne s'arrangeait"

"Les deux premiers mois, j'ai supporté les effets secondaires sans rien dire, en pensant que c'était normal et après j'ai appelé ma gynécologue en lui expliquant les effets secondaires que j'avais", confie-t-elle. "Elle m'a dit d'attendre six mois pour être sûr que les effets s'atténuent. Cette période est passée et cela continue. J'ai demandé de l'enlever car rien ne s'arrangeait."

Le docteur Lecart place plus de 100 stérilets Mirena par an. Il rassure, le produit est contrôlé et fiable mais il nécessite un suivi plusieurs mois après la pose. "Je n'ai pratiquement jamais eu de gros problèmes avec ce stérilet. On connaît ses effets secondaires sur la peau, l'acné, les cheveux ou parfois des pertes de sang", indique-t-il.

En Belgique, près de 500 femmes ont signalé le stérilet à l'agence du médicament. Ses effets indésirables sont à l'étude à l'échelle européenne.

 

Vos commentaires