En ce moment
 
 

Le bruit peut causer de graves problèmes de santé: "Quand on détruit l'oreille, on la détruit pour toujours"

  • "Quand on détruit l''oreille, on la détruit pour toujours"

  • "Le but est de réduire les impacts du bruit sur la santé"

  • Bruit: qui est le plus à risque?

 

Si vous avez les oreilles qui sifflent, ce n'est pas bon signe. Cela veut dire que votre oreille a été abîmée par un trop-plein de bruit, mais quel bruit ? Celui des voitures, des camions, la musique d'un concert, etc… Face au danger, des mesures doivent être prises. C'est le cas à Bruxelles où une nouvelle législation en matière de bruit supportable a été adoptée l'an dernier. Elle doit encore être complétée par le plan "Quiet Brussels". En Wallonie, des arrêtés ont été pris mais il manque les arrêtés d'application. Ça traîne donc, or, nos capacités auditives ont tendance à diminuer. Bernard Lobet a enquêté sur le danger du bruit.

Le bruit peut causer de graves problèmes de santé. Les autorités s'en préoccupent, que ce soit à Bruxelles ou en Wallonie. Les législations ont été renforcées. A Bruxelles, des textes sont entrés en vigueur sur la limitation du son amplifiés, dans les bars et discothèques. Un nouveau plan "quiet brussels" a été voté cette année et donne une feuille de route pour 5 ans.

--

La Wallonie est un peu à la traîne. Des textes importants ont été finalisés mais il manque des arrêtés d'application. Ce sera pour la prochaine équipe, même si les festivals de cet été sont déjà concernés par les futures normes de bruit.

Le fédéral a reçu début juin une étude indépendante sur les nuisances sonores autour de Brussels Airport. Ce sera pour la prochaine équipe...


Nos capacités auditives diminuent

Une législation est bien nécessaire car nos capacités auditives diminuent de plus en plus au fil des années en raison de l'exposition à des bruits plus intenses. Exemple: à Bruxelles, 72% de la population est exposée à plus de 55 décibels engendrés par les seuls transports motorisés. Le bruit de forte intensité (de plus de 85 décibels) est susceptible de détruire une partie de l’oreille interne. Plus l’exposition est longue et de forte intensité, plus le bruit sera toxique pour l’oreille.

Et comme l'explique Naima Deggouj, chef de service adjoint en ORL aux Cliniques Universitaires Saint-Luc à Bruxelles, quand on détruit l'oreille, on la détruit pour toujours:

--


"On y est quand même vite"

Notre journaliste se rend au bord de la Chaussée de Bruxelles à La Hulpe, en compagnie de Marie Poupé, responsable du service plan bruit à Bruxelles Environnement. Elle explique: "Vous avez une voirie, on doit être aux alentours de 65, 70 quand les véhicules passent. S'il y a certains camions, on pourrait atteindre des niveaux beaucoup plus importants. Si ce sont des pavés aussi, parce que les pavés font plus de bruit que l'asphalte. La vitesse, évidemment. Donc on y est quand même vite. On la l'OMS [Organisation mondiale de la santé] qui a fixé des seuils limites pour la santé, et elle fixe à 55 décibels sur une durée de 24 heures et 40 décibels la nuit. Dans un quartier résidentiel, 40 décibels, c'est déjà difficile à atteindre".


Les enfants et les plus âgés, tous à risque

Le bruit chronique, moins intense mais de plus longue durée, provoque des problèmes de sommeil, d’attention et perturbe certaines activités de la mémoire chez les enfants. Mais qui est le plus à risque ? Les enfants ou les plus âgés ?

Les 2, selon Catherine Bouland, professeur de santé environnementale à l'ULB. Elle répond à Bernard Lobet: "Lorsque l'oreille se fabrique, se met à l'œuvre, avant la naissance, pendant la petite enfance, il y a une fragilité, une vulnérabilité beaucoup plus importante, qui fait que s'il y a un problème, on va le garder tout au long de la vie. Par contre, pour des problèmes qui sont plutôt de type cardiaque, le bruit peut avoir un impact sur le risque d'infarctus, et ce sont plutôt les adultes et les personnes plus âgées qui sont plus à risque".

Vos commentaires