En ce moment
 
 

Les cancers de la peau sont en nette augmentation: Patrick, en rémission après un mélanome, témoigne

 
 

Le cancer de la peau est la forme la plus courante de la maladie en Belgique. Il représente 40% des cancers diagnostiqués aujourd'hui. Les spécialistes s'attendaient à une augmentation de ce type de tumeur, à cause notamment du vieillissement de la population, mais pas à un tel raz-de-marée. Pour eux, il y a urgence, et les campagnes de prévention ne sont pas suffisantes.

Il y a 10 ans, Patrick est diagnostiqué d’un cancer de la peau, presque par hasard. "Par chance je suis allé chez le dermatologue pour mon fils, qui à l'époque avait un an et demi", se souvient Patrick, un habitant de Tremelo en Région flamande. "C'est vrai que le matin même j'ai découvert un petit saignement au dos. J'ai demandé au dermatologue d'y jeter un oeil. C'était un grain de beauté qui avait un peu saigné. Très vite, elle a souhaité l'enlever."

Quelques jours plus tard, le diagnostic tombe. Patrick souffre d’un cancer du mélanome au stade 2B. Un long parcours commence : plusieurs traitements, puis une récidive en stade terminal en 2017. Finalement, Patrick s’en sort grâce à l’immunothérapie. Il est aujourd’hui en rémission complète. "J'ai eu la chance finalement qu'en 2010, la dermatologue a pris les choses le plus tôt possible. Et puis j'ai eu de la chance en 2017, et en 2018 que les traitements aient finalement beaucoup évolué."

Les cas de cancers de la peau en nette augmentation

Le nombre de cancer de la peau augmente chaque année. En 2018 : 44.000 cas ont été recensés. Ce chiffre a presque doublé en 10 ans. La génération née entre 1960 et 1980 est particulièrement concerné par ce type de cancer. "C'est à ce moment-là que sont apparus les critères esthétiques qui poussaient à être bronzés", explique Anne Boucquiau, responsable prévention à la Fondation contre le Cancer. "Il n'y avait pas encore toute cette connaissance par rapport à l'impact des UV au niveau de la peau, donc on ne savait pas qu'il fallait se protéger. Maintenant, on le sait."

Pour freiner l'augmentation des cancers de la peau, la Fondation contre le Cancer plaide pour un plan d’action national comprenant notamment un dépistage systématique des personnes à risques. "Avec les enfants on va annuellement chez le dermatologue, comme si on allait chez le dentiste", confie Patrick, dans son jardin. "Mieux vaut prévenir que guérir. Il faut que ça devienne quasiment culturel."

Parmi tous les cancers diagnostiqués actuellement, 4 sur 10 sont des cancers de la peau. Face à ce constat, la Fondation contre le Cancer plaide pour une approche accélérée et mieux coordonnée en matière de prévention, notamment sur les comportements à adopter lorsqu'on s'expose au soleil. La Fondation plaide également pour l'interdiction des bancs solaires, l'organisation de dépistages plus efficaces et une réorganisation des soins. En effet, la surcharge de travail des dermatologues empêche, selon la Fondation contre le Cancer, la bonne tenue des dépistages rapides, car il faut compter plusieurs mois avant d'obtenir un rendez-vous. 


 




 

Vos commentaires