Même si vous n'êtes pas allergique, le pollen de bouleau peut avoir des conséquences sur votre santé

Vous l'avez sans doute remarqué si vous êtes allergique : la saison du pollen de bouleau a commencé plus tôt que prévu. Des chercheurs de l'université de Gand ont mis au jour un lien possible entre allergie au pollen et infection virale. Les explications de Justine Sow, Laura Jadot et Regjep Ahmetaj.

C'est le type d'arbre le plus allergisant en Belgique. Le bouleau, reconnaissable à son écorce typique, a entamé sa saison. Depuis une semaine, son pollen se répand dans l'air et promet des symptômes désagréables aux personnes sensibles. Dans les pharmacies, les patients à la recherche de traitements sont en augmentation depuis le mois de janvier et la saison du noisetier. "Ils se plaignent surtout d'éternuement, les yeux qui picotent, le nez qui coule… Ce sont les principales demandes, de les soulager à ce niveau-là" explique Fabrice Soille, pharmacien.


Des problèmes en cachent d'autres

Mais d'autres problèmes pourraient s'ajouter à cette liste, selon une étude de l'université de Gand. D'après les chercheurs, les différents pollens pourraient avoir d'autres effets sur la santé des personnes allergiques et non allergiques. "Au moment des pics polliniques aux graminées ou au bouleau, on pourrait sur ces moments là être plus sensible et développer des infections virales" détaille Charles Pilette, pneumologue et responsable du centre de l’allergie aux cliniques universitaires Saint-Luc. Parmi ces infections virales, le spécialiste note de l’herpès ou des boutons de fièvre.

Pour l'instant, l'hypothèse des chercheurs n'a été testée que sur des cellules : elle doit encore être confirmée chez l'homme. L'étude de l'université de Gand est toujours en cours, aucun conseil particulier n'a donc été donné aux personnes sensibles.


Comment est-ce que ça fonctionne ?

Comment ces pollens peuvent-ils provoquer des infections virales? Notamment à cause de la présence, dans le pollen, de protéases. Il s'agit d'enzymes qui vont "casser" les parois protectrices du corps, ce qu'on appelle les cellules épithéliales. Si les protections sont abîmées au niveau des voies respiratoires, cela peut entraîner une infection virale. Tout le monde est concerné et pas uniquement les personnes allergiques au pollen. 

Vos commentaires